INTERACTIF. Législative dans le Doubs : le vote FN décrypté

le
1
INTERACTIF. Législative dans le Doubs : le vote FN décrypté
INTERACTIF. Législative dans le Doubs : le vote FN décrypté

La défaite en chantant. Le Front national a peut-être perdu la législative partielle organisée dans la quatrième circonscription du Doubs, dimanche, il n'en a pas moins le sourire aux lèvres. Avec 51,43% des voix contre 48,57% à Sophie Montel, le socialiste Christophe Barbier ne l'a emporté que d'une courte tête. La preuve, aux yeux des cadres du FN, de la «progression considérable» de leur parti.

Que disent les chiffres? Qu'excepté le creux de 2007, cette fameuse année où Nicolas Sarkozy était parvenu à «siphonner» les voix du FN, le parti d'extrême droite n'a cessé de progresser dans la circonscription depuis 2002 (voir infographie ci-dessous). Comme il est parvenu à renforcer, de manière générale, ses positions au fil des élections nationales depuis 2012.

Le faible écart qui sépare sa candidate, Sophie Montel, de son adversaire socialiste (51,43% contre 48,57%, soit 863 voix) constitue une performance pour le parti de Marine Le Pen. Le secrétaire général du Front national, Nicolas Bay, en est persuadé, sa candidate est parvenue à mobiliser «les abstentionnistes» et «beaucoup d'électeurs de l'UMP n'ont pas suivi les consignes d'appareil». Le vice-président du parti, Florian Philippot va plus loin en affirmant qu'une «majorité» des électeurs UMP a glissé un bulletin FN dans l'urne au second tour. Difficile, voire impossible, à établir, notamment en raison de la nette hausse de la participation. Qui des abstentionnistes ou des électeurs UMP ont fait le choix Montel?

Dans le canton d'Etupes, le seul à avoir placé (et de loin) le candidat UMP en tête au premier tour, l'écart entre le FN et le PS est ultra-serré à l'heure du duel (voir carte interactive ci-dessous). Dans cette partie rurale de la circonscription, Frédéric Barbier l'emporte de... 33 voix. Entre les deux tours, Sophie Montel avait mis le paquet sur cette zone, sûre que s'y trouvait sa réserve de voix. Au total, la frontiste a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • a.guer le mardi 10 fév 2015 à 16:48

    heureusement, les partis ne sont pas les propriétaires des voix de leurs électeurs