INTERACTIF. La troublante tournée africaine de Hollande...

le , mis à jour à 16:41
9
INTERACTIF. La troublante tournée africaine de Hollande...
INTERACTIF. La troublante tournée africaine de Hollande...

« Comme prévu, ils vont te faire un prix ! » Capté par les caméras de télévision, le trait d'humour lancé par François Hollande au président du Gabon, Ali Bongo, devant une démonstration de Rafale le 15 juin lors du Salon aéronautique du Bourget, en dit long. Confronté à la menace terroriste, le chef de l'Etat, attendu ce soir au Bénin, première étape d'une mini-tournée sur le continent noir, est désormais contraint de composer avec certains autocrates africains.

Demain, le chef de l'Etat est ainsi attendu en grande pompe en Angola par le président José Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis... 1979. Et, le lendemain, direction Yaoundé, où le président du Cameroun, Paul Biya, règne depuis bientôt trente-trois ans.

« Ces poignées de main sont une erreur et même une faute, car la démocratie et l'alternance, c'est aussi pour les Africains », dénonce l'ex-secrétaire d'Etat franco-togolais Kofi Yamgnane, qui n'a pas oublié les proclamations du candidat Hollande lors de la campagne présidentielle de 2012, notamment celle du 22 janvier. « Présider la République, c'est ne pas inviter les dictateurs en grand appareil à Paris », avait alors lancé le candidat PS au meeting du Bourget. Ce qui n'empêchera pas le Congolais Denis Sassou Nguesso (au pouvoir depuis 1997) de faire coup double le 7 juillet à Paris, où il sera reçu par François Hollande mais aussi par le Premier ministre, Manuel Valls... Comme si les bonnes intentions du début du quinquennat avaient désormais du plomb dans l'aile.

« A la suite de son élection, François Hollande et son équipe ont tenté de mettre en place une nouvelle relation avec les décideurs africains », reconnaissent Aline Leboeuf et Hélène Quénot Suarez, chercheuses à l'Institut français des relations internationales (Ifri). Et ce, d'autant plus facilement que le nouveau président ne les connaît pas. L'Afrique de Hollande ? Un stage ENA à l'ambassade de France ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mercredi 1 juil 2015 à 18:04

    Ben la censure a du boulot sur ce genre de file...LAMENTABLE, on verra en 2017 si cette même censure est pro ou anti droite. Mais de la part d'une banque, pro socialo actuellement , moi pas comprendre.....comme dirait une ministre...encore un truc à se faire censurer !!!!!

  • mucius le mercredi 1 juil 2015 à 14:50

    Les Français ont élu Hollande avec 52% des voix il y a 3 ans. Ils ont donc ce qu'ils méritent. Qu'on ne me dise pas qu'Hollande leur a menti, je répondrais qu'ils manquaient vraiment vraiment d'intelligence et lucidité pour le croire. Donc ils onr ce qu'ils méritent. Pourvu qu'ils ne réélisent pas en 2017, ce sera déjà pas mal!

  • M4484897 le mercredi 1 juil 2015 à 14:29

    je me demande s'il n'aurait pas mieux fait de se présenter comme dirigeant d'une de ces républiques productrices de bananes et de café, çà lui aurait évité tous ces déplacements

  • dhote le mercredi 1 juil 2015 à 13:54

    Il y a eu la ballade irlandaise et a présent les ballades hollandaises, c'est dramatique , que sait-il faire d'autre?

  • jyth01 le mercredi 1 juil 2015 à 13:48

    De la corrèze à l'Elysée...qui a cru qu'il était compétent ?

  • Aston54 le mercredi 1 juil 2015 à 13:27

    Et dire que e type s'est permis de critiquer le discours de Dakar de NS. Décidément le costume est trop grand pour lui!!!!!

  • M7403983 le mercredi 1 juil 2015 à 13:25

    Ce type n'est pas sérieux dans sa vie personnelle ... il ne faut pas s'étonner que le reste soit à l'avenant !!!

  • frk987 le mercredi 1 juil 2015 à 13:24

    Ben il va là où on veut le recevoir....pas compliqué à comprendre, s'il est réélu il lui restera le Zimbabwe, ou la Somalie....

  • xk8r le mercredi 1 juil 2015 à 13:24

    gui gnol bientôt sur le départ !