INTERACTIF. La BCE va racheter plus de 1000 milliards d'euros de dette

le
19
INTERACTIF. La BCE va racheter plus de 1000 milliards d'euros de dette
INTERACTIF. La BCE va racheter plus de 1000 milliards d'euros de dette

La Banque centrale européenne (BCE) dégaine son bazooka monétaire pour relancer l'économie de la zone euro. Son président, l'italien Mario Draghi, a annoncé jeudi après-midi que l'institution allait racheter plus de 1000 milliards d'euros de dettes privées et publiques sur 18 mois. une décision prise «à une large majorité» par le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE).

A partir de mars 2015 et jusqu'en septembre 2016 au moins, la BCE va récupérer jursqu'à 60 milliards d'euros de dettes par mois en appliquant l'«assouplissement quantitatif». Une technique jamais utilisée en Europe mais qui est devenue nécessaire compte tenu de la menace de déflation. Explications. 

L'«assouplissement quantitatif», qu'est-ce que c'est? Cela consiste à effectuer un rachat massif de titres de dette privée et/ou de dette des Etats, -appelées dettes souveraines- sur les marchés financiers. L'objectif est double. D'abord cela permet aux établissements financiers détenteurs de ces dettes de récupérer instantanément du cash qu'ils peuvent réinjecter dans l'économie.  Ensuite, comme une importante quantité d'euro se retrouve sur les marchés, la valeur de la monnaie baisse mécaniquement. Et donc la parité euro/dollar s'améliore, ce qui est favorable aux exportations européennes, plus compétitives. D'ailleurs, l'effet ne s'est pas fait attendre. Aussitôt l'annonce de Mario Draghi, l'euro est reparti à la baisse face à la monnaie américaine.

Pour arriver à ses fins, la BCE est contrainte de créer de l'argent frais. C'est ce qu'on appelle communément faire tourner la planche à billets. Sauf que ce n'est qu'un jeu d'écriture. Aucun nouveau billet d'euro ne sera imprimé, seule une nouvelle ligne de crédit sera inscrite.

Ce n'est pas la BCE qui effectuera l'essentiel de l'opération, mais les banques centrales des 19 pays de la zone euro. Seuls 20% des titres achetés seront soumis à un partage des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le vendredi 23 jan 2015 à 02:16

    Toutes les banques vont se débarrasser auprès de la BCE de leur placements les moins rentables ou négatifs, qui va payer l'ardoise au final !

  • M3366730 le vendredi 23 jan 2015 à 02:15

    Il faut le savoir : Seuls 20% des titres achetés seront soumis à un partage des risques, c'est-à-dire que les pertes éventuelles qui en découleront seront assumées par tous les contribuables de la zone euro. Pour les 80% restants, chaque banque centrale nationale, comme par exemple la Banque de France, achètera des titres de son pays et en supportera les risques. Comme la France et donc les banques Françaises peuvent transmettre 20% des 1 000 milliards prévus faite le compte !

  • abacchia le jeudi 22 jan 2015 à 17:39

    Je ne suis pas aussi intelligent que les membres de la BCE, c'est certain, aussi je voudrais qu'on m'explique la finalité d'un "rachat de dettes d’États" alors même que les taux à 10 ans de ces États sont DÉJÀ à des niveaux extrêmement bas ?

  • moogwai le jeudi 22 jan 2015 à 17:38

    Draghi le traitre a rempli sa mission pour laquelle il a été mandaté . Destruction de l'Europe engagée , il est temps de se casser avec vos capitaux ! bye

  • zwang12 le jeudi 22 jan 2015 à 17:27

    Si je comprends bien, une banque commerciale peut maintenant revendre les obligations à BCE et utilise l'argent frais pour acheter les actions de CAC 40.

  • zwang12 le jeudi 22 jan 2015 à 17:25

    @Cambio17 Chaque pays rachète ses propres dettes à hauteur de 80%. Seulement 20% de risques mutualisés.

  • Cambio17 le jeudi 22 jan 2015 à 17:21

    C'est un rachat de dettes des pays, donc les dettes sont mutualisées... Donc on paye pour les mauvais élèves !

  • SeanO le jeudi 22 jan 2015 à 17:14

    Comme les Européens n'ont pas d'actions(contrairement aux Américains et aux Japonais...),l'opération ne va profiter qu'aux institutionnels,banques en tête(et le palmarès boursier du jour est confondant...).Encore une fois les cré-tins de service vont être à l'origine de maux qu'ils prétendent combattre(le creusement des inégalités,les écarts de revenus).

  • SeanO le jeudi 22 jan 2015 à 17:09

    Forfaiture.Le sinistre es-croc,avec le soutien des idio-ts utiles qui pensent que l'on est plus riche quand on s'appauvrit(misère de la scène médiatique...),veut finir de détruire la monnaie pour faire augmenter les prix,pour ainsi contrer une croissance nominal anémique.Résultat des courses;appauvrissement des peuples et augmentation du rendement du capital,un ciseau qui fera le lit des pires propositions électorales...

  • zwang12 le jeudi 22 jan 2015 à 17:06

    Bonne mesure car la baisse de l'euro dope les exportations et freine les importations.