INTERACTIF. La baisse des loyers touche même les grands appartements

le
0
INTERACTIF. La baisse des loyers touche même les grands appartements
INTERACTIF. La baisse des loyers touche même les grands appartements

Bonne nouvelle pour les locataires, un peu moins pour les propriétaires. Selon Clameur*, la baisse des loyers de 1,1 % constatée aux changements de locataire en 2015 se confirme en ce début 2016 avec un recul de 0,8 % en janvier-février, par rapport aux deux premiers mois de 2015. Fait nouveau, alors que ce recul touchait les petites surfaces (du studio au trois-pièces avec des baisses allant ces dernières années de 0,1 % à 2 %), il concerne aujourd'hui les grands appartements familiaux. Depuis 2012, le loyer des quatre-pièces progressait de 0,5 % à 2,7 % suivant les années. En ce début 2016, il baisse en moyenne de 1,6 %. Idem pour les cinq-pièces et plus qui, après des hausses annuelles de 1,4 % à 3,8 %, ont reculé de 0,4 % en un an le mois dernier. « Du jamais-vu depuis 1998 », fait remarquer Michel Mouillart, professeur d'économie à l'université Paris-Ouest, pour qui cette nouvelle baisse est notamment due aux ménages quittant leur location pour acheter.

Ralentissement « général »

Mais la baisse s'est aussi étendue à davantage de villes. Toujours selon Clameur, les loyers reculent dans plus de 54 % des villes de plus de 10 000 habitants. Elles étaient 43 % en 2008. Pis, le recul touche aujourd'hui 70 % des agglomérations de plus de 148 000 habitants. Et, quand il y a une hausse, celle-ci est inférieure à l'inflation. Depuis 2011, les loyers n'ont augmenté que de 0,3 % en moyenne annuelle (contre une hausse des prix de 0,7 %). Pour Michel Mouillart, ce ralentissement est d'ailleurs « général et presque régulier » depuis 2006. Ainsi, à Paris, de 2006 à 2011, les loyers n'ont augmenté que de 2,3 % en moyenne par an. De 2011 à 2015, la hausse annuelle était ramenée à 0,9 %, avant de tomber à 3,3 % en février 2016 par rapport à février 2015. D'ailleurs, « la baisse des loyers dans la capitale est toujours plus rapide qu'ailleurs », note Clameur. L'encadrement des loyers n'y est pour rien. La preuve : ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant