INTERACTIF. La baguette et l'essence ne «coûtent» pas plus cher qu'il y a 30 ans

le
11
INTERACTIF. La baguette et l'essence ne «coûtent» pas plus cher qu'il y a 30 ans
INTERACTIF. La baguette et l'essence ne «coûtent» pas plus cher qu'il y a 30 ans

Les rengaines sur le coût de la vie qui ne cesse d'augmenter seraient-elles incongrues ? Selon une étude de l'Union fédérale des consommateurs (UFC-Que choisir), la *durée de temps de travail nécessaire pour obtenir certains produits de la vie courante a même diminué en 30 ans.

A l'inverse, certaines acquisitions demandent aujourd'hui beaucoup plus de temps de travail qu'il y a 30 ans. L'association a comparé les prix de nombreux produits de consommation en'84 et en 2014, en tenant compte de la durée de travail nécessaire pour les acheter, par rapport au salaire moyen des Français (6,89 ¤ il y a trente ans et 16,18 ¤ en 2014 ). Et le résultant est surprenant. On constate en effet que l'essence, l'électroménager ou les objets de loisirs sont bien plus accessibles aujourd'hui.

Contrairement aux idées reçues, la baguette de pain nécessite quant à elle le même temps de travail qu'il y a 30 ans : 3 minutes. De façon générale, comme dans la plupart des pays développés, le budget alimentation est en baisse sur le long terme en France. Se vêtir est également moins coûteux en temps de travail.

En'84, il fallait par exemple 2 heures de salaire moyen net pour se payer une paire de basket basique, contre moitié moins aujourd'hui. Entre temps, la mondialisation est passée par là, permettant au fabricants de vêtements ou chaussures de réduire leurs coûts en les produisant en Asie par exemple.

« Globalement, la part de l'habillement dans le budget des ménages a sensiblement baissé (6 % contre 10 % en'84), sous l'effet des importations à bas prix», explique l'UFC-Que choisir. L'électroménager est également bien plus accessible au 21e siècle qu'en'84. Acquérir une télévision ou un réfrigérateur nécessite par exemple deux fois moins de temps de travail. Ces produits, réservés à l'élite il y a 30 ans, sont en effet devenus depuis des biens de consommation courants, bien plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4199327 le dimanche 25 jan 2015 à 16:14

    Est-ce qu'on parle de rémunération horaire NETTE ou BRUT ? C'est le NET qu'il faut voir...C'est LA donnée essentielle.

  • lechypre le vendredi 23 jan 2015 à 07:07

    Ah bon, quand est il du logement, des impôt et taxes, du gaz, de l electricite...qui ont fait plus de 100% et je suis gentil..mais rien a voir avec les salaires et l euro qui a plumer les peuples

  • b.renie le vendredi 23 jan 2015 à 06:25

    Cela voudrait dire des gains de productivité et d'efficacité très notables. Alors ne parlons pas de déflation mais de désinflation. Ce n'est pas la même chose économiquement parlant. Et 'appelle pas les mêmes actions. Le déplacement de ce qui est demandé vers des produits nouveaux souvent immatériels appelle des qualifications de plus en plus élevées donc de la formation professionnelle continue et réelle Or on sait ce qu'en ont fait les partenaires sociaux syndicats en tête

  • idem12 le jeudi 22 jan 2015 à 21:54

    avec toutes ces bonnes nouvelles on se demande où est le problème finalement ?

  • virot123 le jeudi 22 jan 2015 à 20:49

    et l'essence , zut, en 1982,(oui je suis vieux) on part en vacances en Espagne, en groupe de copains , je tiens les comptes. prix du super 5,5 francs ! soit 0,85 euros ! salaire ouvrier de l'époque : moins de 500 euros ! bon, des chiffres comme ça j'en ai des tonnes et confirment ceux de l'insée !

  • virot123 le jeudi 22 jan 2015 à 20:44

    ah oui, grinchu, j'ai une sale manie, je garde mes vieux journaux ! et avec les publicités ! alors donc aujourd'hui j'ai vu une publicité pour divers produits alimentaires d'un journal de...1991 ! au magasin mammouth (casino maintenant), un kilo de tomates à9f90 ! soit 1,35 euros, 23 ans après j'en trouve à 1,5 euros ! c'est embêtant hein !

  • virot123 le jeudi 22 jan 2015 à 20:35

    non, grinchu1, on ne peut pas dire comme cela des chose aussi erronées ! en 2002 la baguette normale coutait 3 f 80, et aujourd'hui, dans la même boulangerie de province la même baguette coute non pas 1,2 euro mais 90 cent. cela fait 50 % de plus ! entre temps le prix de la farine a été multiplié par 2,5. votre boulanger vous confirmera ces chiffres si votre mémoire vous fait défaut

  • grinchu1 le jeudi 22 jan 2015 à 19:57

    ceci est un sophisme comme souvent dans les stats d'Etat : ce n'est pas parce que c'est plus accessible que c'est "moins cher"...sinon on pourrait carrément supprimer la notion de PROGRES ...

  • grinchu1 le jeudi 22 jan 2015 à 19:52

    une "tradi"= 1f en 2002 et 1,2 e aujourd'hui = 7,872 f soit une hausse de 782 % !!! en 13 ans...cherchez l'erreur...

  • faites_c le jeudi 22 jan 2015 à 18:21

    "Et le résultant est surprenant. On constate en effet que l'essence, l'électroménager ou les objets de loisirs sont bien plus accessibles aujourd'hui." Et qu'est ce qu'il y a de surprenant dans le fait que l'électroménager et les loisirs soient plus accessibles aujourd'hui qu'il y a 30 ans? La principale différence est que l'électroménager est quasi exclusivement fabriqué par des pays à bas coûts horaire ce qui n'était pas le cas il y a 30 ans!