INTERACTIF. L'Assemblée adopte la nouvelle carte de France réduite à 13 régions

le
1
INTERACTIF. L'Assemblée adopte la nouvelle carte de France réduite à 13 régions
INTERACTIF. L'Assemblée adopte la nouvelle carte de France réduite à 13 régions

Vidée de sa substance au Sénat, modifiée en commission des Lois à l'Assemblée, à nouveau amendée par les députés PS... Entre tractation et grincements de dents, le feuilleton de la nouvelle carte de France fut riche en rebondissements. Le premier volet de la réforme territoriale a finalement franchi l'étape de la première lecture à l'Assemblée nationale, ce mercredi.

Ce texte, qui doit mettre en musique le big bang territorial voulu par le président François Hollande, a été adopté ce mercredi par 261 voix pour contre 205 et 85 abstentions. Outre la nouvelle carte de France réduite à 13 grandes régions, il prévoit le report des élections départementales et régionales de mars à décembre 2015.

Il manque des voix socialistes

Lors de la séance des explications de vote, seul le groupe SRC (Socialiste, républicain et citoyen) s'est prononcé en faveur du texte. Et encore, il manque des voix socialistes. Huit députés du groupe ont voté contre, vingt-sept se sont abstenus. S'exprimant au nom du groupe, l'élu de Vendée Luc Fourage avait pourtant certifié à la tribune que la carte reprenait «le plus grand dénominateur commun»... Las, le redécoupage a fait des mécontents jusque dans les rangs du PS.

L'exécutif n'a pas pu compter sur ses alliés. Ecologistes et radicaux de gauche n'ont pas mis leurs critiques en sourdine. Les premiers demandent «une carte plus logique» et «un véritable droit d'option des départements à même d'adapter la carte aux territoires». Les seconds déplorent l'«insuffisance des concertations» ainsi que le manque de «neutralité politique» du découpage, avec «des mariages forcés» et «des célibats imposés».

Tous attendent l'automne, «saison des sagesses réciproques» mais surtout de l'examen du second volet, qui renforcera les compétences de ces grandes régions au détriment des conseils généraux. Un «rendez-vous majeur» que le groupe UDI, partagé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le mercredi 23 juil 2014 à 18:39

    ils sont presque tous d'accord : ils vont tous retrouver les "saintes indemnités" en fin de mois ......---- et on prend les mêmes et on recommence!!!!! et les économies? rien pour les contribuables....