INTERACTIF. JPMorgan, victime d'une des plus grosses cyberattaques de l'histoire

le
0
INTERACTIF. JPMorgan, victime d'une des plus grosses cyberattaques de l'histoire
INTERACTIF. JPMorgan, victime d'une des plus grosses cyberattaques de l'histoire

L'attaque informatique qui a visé de juin à août dernier la banque américaine JPMorgan Chase, et dont l'ampleur a été révélée jeudi, est l'une des plus importantes cyberattaques recensées à ce jour. Rapporté au nombre de comptes visés, 83 millions selon la banque, ce vol de coordonnées rivalise avec celui d'AOL en 2003 (92 millions) et l'attaque de Playstation Network en 2011 (77 millions), qui avait provoqué sa mise hors service.

Dans le classement que Leparisien.fr a réalisé grâce à plusieurs sources, dont le très sérieux site d'information américain 24/7 Wall St., l'attaque qui a affecté JPMorgan l'été dernier occupe la neuvième place. A noter que ce classement n'intègre que les attaques dont on connait, de manière suffisamment précise et avérée, le nombre de comptes victimes (comptes bancaires ou comptes utilisateurs).

Dans le cas de JPMorgan, 76 millions de ménages et de 7 millions de PME ont été touchés, selon la banque, ce qui suggère un nombre de victimes bien plus important que les 83 millions de comptes rapportés.

Le record, toutes catégories, en nombre d'utilisateurs touchés a été battu récemment. En août dernier, la société spécialisée en sécurité informatique Hold Security affirme qu'un groupe de pirates russes s'est emparé d'environ 1,2 milliard de mots de passe et d'adresses mail dans le monde permettant de se connecter à 420.000 sites internet, de tout type et de toute taille, entre 2013 et 2014.

Un autre groupe de pirates russes est à l'origine des attaques d'ampleur visant notamment Visa, Nasdaq, Dow Jones et JC Penney en 2013, d'une part, et le système de paiement Heartland.

Alors qu'Adobe avait admis en octobre dernier s'être fait dérober les données de 38 millions d'utilisateurs actifs, le blog américain Naked Security, très réputé, avait révélé qu'une base de données de 150 millions d'utilisateurs tournait sur les sites de hackers. L'attaque d'Ebay en 2014 aurait, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant