INTERACTIF. Immobilier, le pouvoir d'achat des Français en chute libre

le
6
INTERACTIF. Immobilier, le pouvoir d'achat des Français en chute libre
INTERACTIF. Immobilier, le pouvoir d'achat des Français en chute libre

Acheter son logement, un rêve devenu très compliqué pour beaucoup de Français. Malgré la baisse des taux d'intérêt, le pouvoir d'achat immobilier des ménages a chuté de 1998 à 2010 en France, selon une étude réalisée par l'université Paris-Dauphine et le Crédit Foncier (groupe BPCE), qui se base sur les données de l'étude patrimoine de l'INSEE. En cause : l'envolée des prix d'un côté et la crise de l'autre. 

Les grandes villes touchées de plein fouet. 

Près d'un ménage sur deux (44%) était en capacité d'acheter un bien immobilier correspondant à ses besoins à Paris en 1998, toutes générations confondues. Douze ans plus tard, en 2010, seuls 27% des ménages pouvaient accéder à la propriété dans l'ancien.

Toutes les grandes villes sont concernées : dans le détail, la baisse du pouvoir d'achat des ménages, de 1998 à 2010, a été la plus forte à Marseille (-42%), Paris (-39%), Lille (-25%), Bordeaux (-24%), Lyon (-22%) Nantes et Toulouse (-20%).

Les prix augmentent plus vite que les salaires. 

«Cette baisse du pouvoir d'achat immobilier s'explique essentiellement par la hausse des prix immobiliers ainsi que l'effet de la crise au cours des dernières années», souligne l'étude. De 1998 à 2010, les salaires ont progressé de 23% en moyenne en France, tandis que les prix des logements dans l'ancien augmentaient de 56%.

«Cette hausse des prix immobiliers ne s'est pas accompagnée d'une augmentation identique des salaires, même si la hausse de la durée des crédits et la baisse des taux d'intérêt ont contribué à accroître la solvabilité des ménages» sur cette période, souligne la même source. 

Une bonne nouvelle : les taux des crédits.

Sur la période, la dégradation des conditions économiques a été en partie compensée par la baisse historique des crédits immobiliers, qui a contribué à accroître la solvabilité des ménages.

Une fracture générationnelle.

Parmi les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • CHAKHO le vendredi 12 déc 2014 à 06:41

    Les prix ont augmenté de 120% dans les 10 dernières années et sont toujours à un niveau spéculatif insoutenable. Cette bulle plombe l'économie et empêche toute reprise.

  • nanard83 le vendredi 12 déc 2014 à 00:38

    C'est vrai , cette étude est complètement obsolèteLes prix ont baissé de 25% de 2010 à 2014 alors que à ma connaissance , pour ceux qui ont conservé leur travail , les salaires n'ont pas baisséIl est donc théoriquement plus facile d'acquérir un logement en 2014 qu'en 2010le seul élément négatif étant la hausse de la fiscalité pour les ménagesOn se demande pourquoi donner des chiffres aussi dépassés

  • dratiser le jeudi 11 déc 2014 à 13:48

    exact heimdal , la chute de l'immobilier n'est pas finie loin de là ....rien ne plaide pour , chomage , deflation incertitude diverses , taux qui finiront obligatoirementpar remonter , salaires qui vont encore chuter ou stagner ce qui revient au meme

  • heimdal le jeudi 11 déc 2014 à 12:25

    Les salaires ont peut-être progressé de 23 % entre 1998 et 2010 mais dans le même temps la CSG est passée de 10 %à 15,5 % ,la part patronale de la mutuelle (obligatoire) a été fiscalisée ,les impôts locaux ont progrssé à 2 fois l'inflation donc au bilan le pouvoir d'achat a baissé d'au moins 5 à 8 % d'ou la chute de l'immobilier .

  • M7093115 le jeudi 11 déc 2014 à 12:09

    Prendre comme base l' année 1998 c 'est très tendancieux ( on était au plus profond de la crise immobilière, les prix avait baissés de 40 % entre 1992 et 1998 )

  • faites_c le jeudi 11 déc 2014 à 12:01

    "le pouvoir d'achat immobilier des ménages a chuté de 1998 à 2010 en France, selon une étude réalisée par l'université Paris-Dauphine et le Crédit Foncier" C'est quoi l'intérêt de parler de cette étude qui est complètement périmée!!! Nous sommes quasiment en 2015 et cela fait 2 ans que les prix immobiliers stagnent si ce n'est baissent! De même le coût du crédit a diminué d'un facteur plus que 2 depuis 2010!