INTERACTIF. Immobilier : l'ancien en recul de 2,2% sur un an, même à Paris

le
5
INTERACTIF. Immobilier : l'ancien en recul de 2,2% sur un an, même à Paris
INTERACTIF. Immobilier : l'ancien en recul de 2,2% sur un an, même à Paris

Les prix de l'immobilier ancien baissent. Ils reculent de 2,2 % au 4e trimestre 2014, sur un an, en comparaison avec le 4e trimestre 2013, selon l'indice Notaires - Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), publié jeudi. La baisse a été quasiment identique pour les appartements, dont le prix a reculé de 2,3%, et pour les maisons (-2,1%), selon ces données provisoires. Selon les notaires, cette baisse va s'accélérer en 2015, dans un marché «clairement redevenu devenu favorable aux acquéreurs» même si ces derniers demeurent attentistes.

-2% en ile-de-France, -2,3% en province

Entre le 3e et le 4e trimestre 2014, la baisse est de 1%, avec un recul qui s'accentue pour les maisons (-1,1% après -0,5% au troisième trimestre), tandis qu'il s'atténue légèrement pour les appartements (-0,8% après -1,1%).

En Ile-de-France, la baisse des prix des logements est la même au 4e trimestre qu'au 3e : -0,5% sur le trimestre, -2% sur un an. Le prix des maisons recule légèrement plus (-0,7% sur le trimestre, -2,1% sur un an) que celui des appartements (-0,4% et -1,9%). Le recul est plus prononcé en grande couronne (environ -3%)... et à Paris (-2,1%), qu'en petite couronne (entre -0,6% et -1,2%). Une tendance qui confirme celle du 3e trimestre 2014.

La carte de l'évolution de l'ancien à Paris

La carte de l'évolution de l'ancien en Ile-de-France

En province, la baisse des prix dans l'ancien s'accentue : -1,1% sur le trimestre, -2,3% sur un an. Elle est similaire pour les appartements (-1,1%) et pour les maisons (-1,2%) sur le trimestre, mais elle est un peu plus marquée pour les appartements (-2,7%) que pour les maisons (-2,1%) sur un an.

Enfin, le volume annuel des transactions est en léger recul de 2,4%, en 2014, sur un an, avec 700 000 ventes estimées par les notaires. En 2013, le volume de transactions avait en revanche progressé de 2,7%.

L'attentisme des acquéreurs prime toujours

«Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pelochon le vendredi 27 fév 2015 à 09:53

    @noterb1 : pas d'accord, vous croyez au dogme de la courbe de friggit. Mais c'est dépassé, c'est fini, pour la bonne et simple raison qu'il est devenu impossible de construire des bâtisses au charme d'antan à moindre prix. Par conséquent, tout ce qui est Haussmannien (entre autres) restera cher car rare. Et puis depuis 40 ans l'immobilier est cher à Londres, Monaco, Tokyo..... Vous croyez vraiment que c'est en relation avec les revenus ?

  • M6111389 le vendredi 27 fév 2015 à 09:06

    Constructions annuelles

  • noterb1 le vendredi 27 fév 2015 à 08:57

    la baisse n'est surement pas terminée . Elle s'arrêtera le jour où le prix de l'immobilier sera en rapport avec les revenus des gens .

  • kpm745 le jeudi 26 fév 2015 à 20:49

    Les prix sont encore excessivement hauts. Les taux d'intérêt sont au plus bas et ne peuvent plus baisser, les caisses de l'état sont vides. Les français sont appauvris, les salaires stagnent, les retraites baissent, l’industrie est en berne, … Il n’y a aucune raison pour que la baisse s’arrête. Si vous êtes acheteurs, négocier 30% d’entrée de jeu.

  • dlabore le jeudi 26 fév 2015 à 18:27

    2.2% au 4iem trimestre et rien le reste de l'annee MDR