INTERACTIF. Grèce : les conséquences de la crise et des mesures d'austérité

le , mis à jour le
8
INTERACTIF. Grèce : les conséquences de la crise et des mesures d'austérité
INTERACTIF. Grèce : les conséquences de la crise et des mesures d'austérité

La situation économique de la Grèce est connue : une dette «insoutenable», à hauteur de plus de 170 % de son Produit intérieur brut (PIB), et des finances asphyxiées par ce besoin de rembourser cette dette auprès des créanciers, Fonds monétaire international (FMI) et Union européenne (UE). 

Pour contracter ces prêts, octroyés à deux reprises, une fois en 2010 et une autre en 2012, les différents gouvernements grecs ont consenti à réaliser des efforts et à prendre des mesures importantes pour rétablir ses comptes : réduction des salaires, retraites repoussées mais également des coupes budgétaires dans certains domaines, comme celui de la santé. Comment se traduisent ces mesures dans le quotidien des Grecs ? Voici quelques éléments de réponses en chiffres. 

Un chômage qui explose, des jeunes sans espoir

Première conséquence de la crise économique : le chômage grimpe et de manière importante. Entre juillet 2009 et juillet 2013, le taux de chômage dans la population active a gagné près de 20 points. Le chômage des moins de 25 ans, de plus de 35 points pour atteindre près de 60 % ! Les mesures prises par les gouvernements sur l'accès à l'emploi, les conditions salariales et les possibilités de licenciements commencent à peine à payer leurs fruits. Depuis le pic de juillet 2013, le chômage baisse. Mais beaucoup plus lentement que sa montée. 

Autre conséquence directe du chômage et surtout des jeunes : une arrivée massive de la population vers les villes. La part de la population grecque vivant en zone urbaine a grimpé de 18 points entre 2008 et 2014 pour atteindre 78 %. 

Moins d'argent, donc moins de dépenses

Du travail en moins, des salaires et des retraites qui baissent, le PIB grec prend de plein fouet les conditions économiques actuelles. Résultat, les Grecs ont perdu 10 000 dollars de PIB moyen en six ans pour se stabiliser autour de 21 000 dollars par tête. Un PIB qui chute est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jcarre14 le vendredi 10 juil 2015 à 08:33

    il suffit de fabriquer des euros et de les distribuer comment ils font les gros ils nous les volent

  • b.renie le vendredi 10 juil 2015 à 07:13

    Le problème grec est que ce pays n'a même pas une économie structurée. Tout y est bricolage, astuce, tricherie et passe droit. C'est un pays à construire totalement depuis ses fondations. Tout ce que l'on peut faire pour lui ne le sauvera pas sans cette prise de conscience que tout est à penser puis réaliser. C'est la mentalité de toute la population des riches aux pauvres des religieux aux athées, des chefs d'entreprise aux manœuvres, qu'il faut éduquer à penser et agir autrement

  • glaty le jeudi 9 juil 2015 à 20:18

    EN GRECE IL N'Y A PAS DE PLANS CADASTRAL PAS DE CADASTRE ...ALORS IMMAGINEZ LES DISPUTES ET AUTRES DISCORDES ENTRE GRECS....L'UN VA DIRE A L'AUTRE.C'EST MON TERRAIN...C'EST MA MAISON. .Oui.. mais elle est sur mon terrain.. les limites des maisons et terrains sont et ont été fait sur du "" top la " .rien d'autre...LES AVOCATS VONT SE REGALER DE TOUTES CES DISCORDES ...HOU LA LA QUELLE PAGAILLE ATTENDUE ET REDOUTE...PAS DE TAXES FONCIERE .NI DE TAXES D'HABITATION. .C'est le fou.toire la bas ...

  • exmarot9 le jeudi 9 juil 2015 à 17:15

    cet article dit que les différents gvts grecs ont consnetis des effots et pris des mesures importantes pour rétablir ses comptes, et pourtant on leur reproche tjs de n'avoir rien fait de concret, hier encore au parlement européen le technocrate belge a eng . ueulé presque TSipRAS dans ce sens .Quelqu'un peut t il m'éclairer ???

  • M8842851 le jeudi 9 juil 2015 à 16:29

    La dette de la Grece n'est pas détenue par les grecs contrairement à celle de la France qui l'est en grande partie par les Français ( et celle des japonais à 100% par les japonais )...pourquoi les grecs ne rachèteraient-ils pas leur dette... a moins qu'ils n'aient pas confiance en leurs gouvernants..?

  • lorant21 le jeudi 9 juil 2015 à 16:26

    Ils ont préféré re-embauché les fonctionnaires de la Radio--télévision d'état et ne pas toucher aux énormes dépenses militaires. Ils ont fait des choix.

  • olive84 le jeudi 9 juil 2015 à 16:16

    merci l euro et merci l europe !!!

  • gacher le jeudi 9 juil 2015 à 16:11

    ils ont voté non à l’austérité qui vient d’Europe. qu'ils se débrouillent seul. Ce sera tellement mieux