INTERACTIF. Egypte : le groupe Etat islamique déclare avoir décapité l'otage croate

le , mis à jour le
0
INTERACTIF. Egypte : le groupe Etat islamique déclare avoir décapité l'otage croate
INTERACTIF. Egypte : le groupe Etat islamique déclare avoir décapité l'otage croate

Après 21 jours de captivité l'otage croate, Tomislav Salopek, aurait été décapité. Le groupe Etat islamique en a fait l'annonce, mercredi. Une mort que le groupe s'est empressé de partager sur les réseaux sociaux. Sur une photo postée sur Twitter, on aperçoit la tête de la victime posée sur son corps, un couteau planté dans le sable juste à côté, avec en fond le drapeau noir du califat. Une légende sous la photo indique : «Exécution d'un prisonnier de Croatie, pays qui participe à la guerre contre l'Etat islamique, après expiration de l'ultimatum.» 

L'#EI dans le Sinaï vient de diffuser la photo de son otage Croate décapité #Egypte— David Thomson (@_DavidThomson) 12 Août 2015

Employé d'une société française, filiale de la Compagnie générale de Géophysique (CGG), Tomislav Salopek, 31 ans, avait été kidnappé le 22 juillet par des membres de la branche égyptienne dans la banlieue du 6-Octobre au Caire alors qu'il se rendait sur son lieu de travail. Le 5 août dans une vidéo, les terroristes avaient menacé de le tuer dans les 48 heures si Le Caire ne libérait pas «les femmes musulmanes» emprisonnées en Egypte.

A Zagreb, le gouvernement croate a indiqué n'avoir «aucune confirmation» que l'otage «avait été tué». 

«Il s'apprêtait à rentrer chez lui»

Interrogé par les médias, son père Zlatko avait déclaré que c'était le «dernier jour de travail» de son fils et qu'il «s'apprêtait à rentrer chez lui dès le lendemain». Il avait supplié les ravisseurs de l'épargner : «La seule et unique raison de son séjour dans votre patrie était de gagner de quoi nourrir ses enfants, rien de plus.»

Très actifs depuis ans, les jihadistes de la branche baptisée «Province du Sinaï», basée dans la région du même nom, assurent vouloir venger les victimes de la sanglante répression qui s'est abattue sur les partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant