INTERACTIF. Effectifs des médecins : où ça grimpe ? Où ça baisse ?

le
0
INTERACTIF. Effectifs des médecins : où ça grimpe ? Où ça baisse ?
INTERACTIF. Effectifs des médecins : où ça grimpe ? Où ça baisse ?

C'est grave, docteur ? Les effectifs de médecins continuent de baisser en France en 2015, de 0,2 % par rapport à 2014, selon l'étude annuelle du Conseil national de l'Ordre des médecins (Cnom), publiée mardi. Un chiffre qui prend uniquement en compte les professionnels en activité régulière, c'est-à-dire travaillant au même endroit.

La hausse enregistrée à la fin des années 2000, jusqu'à passer la barre des 200 000 médecins actifs et «sédentaires» en 2010, a ensuite marqué un coup d'arrêt pour décliner jusqu'à aujourd'hui. Et ce n'est pas fini ! Ces effectifs «ont une forte probabilité de continuer de décroître d'ici à 2025», relève l'Atlas 2015 de la démographie médicale. Ainsi, la France devrait, au total, perdre plus de 2 200 praticiens en 15 ans.

Une baisse largement compensée par un nombre toujours plus important de médecins retraités (plus de 65 000 au 1er janvier), dont un sur cinq continue à travailler, et de médecins remplaçants (près de 11 000). Mais la baisse est éprouvée plus durement dans certaines régions.

Les Franciliens mettent le cap à l'ouest

La tendance reste mauvaise dans plusieurs déserts médicaux connus : la Creuse, l'Indre, la Lozère, la Mayenne et surtout la Nièvre qui a perdu ces huit dernières années 15,5 % de ses médecins. Au niveau régional, c'est l'Ile-de-France qui enregistre la plus forte baisse (-6 %) sur cette période, Paris et les Yvelines ayant perdu respectivement 8,2 % et 9,6 % de leurs médecins.

Entre 2007 et 2015, 1835 médecins ont quitté l'Ile-de-France, en particulier le département de Paris (40, 2% d'entre eux) où ils ont fui les prix de l'immobilier. Ils ont rejoint principalement les régions Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Rhône-Alpes et Bretagne, à la recherche d'une meilleure qualité de vie.

L'Auvergne, la Haute-Normandie, la Lorraine et Poitou-Charentes ont globalement stabilisé leurs effectifs, même si la situation dans l'Allier, les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant