INTERACTIF. Ebola : le vrai bilan d'une menace devenue mondiale

le
2
INTERACTIF. Ebola : le vrai bilan d'une menace devenue mondiale
INTERACTIF. Ebola : le vrai bilan d'une menace devenue mondiale

Alors que l'épidémie de fièvre hémorragique due au virus Ebola suscite une immense inquiétude dans les pays occidentaux, c'est bien en Afrique de l'Ouest, là où elle est née, qu'elle continue de flamber. L'immense majorité des 4633 cas confirmés d'Ebola - dont 2423 sont décédés - ont été contaminés en Guinée, au Liberia et au Sierra Leone. Si l'on ajoute les cas suspects et probables, on arrive à 4033 morts sur 8399 cas, selon le dernier bilan communiqué ce vendredi soir par l'OMS, toujours concentrés sur ses trois pays d'Afrique.

Le Liberia est le pays le plus touché à l'heure actuelle, avec près de 4000 cas, dont seulement un millier confirmés (ce qui signifie que les 3000 autres sont en attente de confirmation, et donc récents) et un taux de mortalité très haut. Le Sierra Leone, avec 2593 cas confirmés mais seulement 753 décès confirmés, peine à stabiliser la situation. L'épidémie a également repris de plus belle en Guinée, où est née l'épidémie, après une accalmie durant l'été. Au Nigeria et au Sénégal en revanche, l'épidémie semble contenue.

En Europe et aux Etats-Unis, où la riposte se met en place, la psychose augmente également, avec son lot de fausses alertes largement relayées dans les médias. A l'heure actuelle, au-delà des nombreux malades rapatriés dans leur pays d'origine, on ne compte que deux diagnostic confirmés d'Ebola hors d'Afrique : un homme - décédé depuis - diagnostiqué au Texas, et une femme, dans un état grave, diagnostiquée en Espagne. Cette dernière, une infirmière qui avait soigné l'un des prêtres espagnols contaminés à son retour en Espagne, est d'ailleurs la seule personne à ce jour à avoir été contaminée en dehors d'Afrique.

Voici résumée en une carte et quelques graphiques la progression actuelle de l'épidémie : on peut y suivre sa progression dans l'espace et le temps, l'évolution de sa gravité, et les réponses exactes apportées par les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 66michel le samedi 11 oct 2014 à 11:51

    entre ébola, les califes et autres illuminés coupeurs de têtes, les obsédés du business qui se fichent pas mal de la destruction progressive de notre planète, les labos mercantiles à l'affût du profit via leurs médocs et autres vaccins aux effets suspects, y a pas à dire, on y va tout droit!

  • mlaure13 le samedi 11 oct 2014 à 00:16

    Ca me rappelle une étrange histoire...où l'on ns assurait qu'il ne manquait pas un bouton aux guêtres de nos vaillants soldats, partis la fleur au bout du fusil...et on connait la suite !!!... Et bientôt...la denguébola, le tube mondial pour 2015, et croyez-moi, ça va faire un tabac !... La fin de l'humanité approche à grands pas, au mieux, se retrouver au moyen âge sombre… courage, encore qqs petites décennies, et nos petits enfants vont ns maudire pour l’éternité !...