INTERACTIF. Ebola : l'épidémie en chiffres

le
0
INTERACTIF. Ebola : l'épidémie en chiffres
INTERACTIF. Ebola : l'épidémie en chiffres

Il s'agit de loin de la plus grave épidémie d'Ebola en près de 40 ans d'histoire de la maladie. Selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), elle avait fait, au 4 août 932 morts sur 1.711 cas (confirmés, suspects ou probables): 363 en Guinée, 282 au Liberia, 286 en Sierra Leone et un au Nigeria, selon le dernier bilan au 4 août de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Les graphiques ci-dessous reprennent exclusivement la comptabilisation de l'OMS, qui publie des bilans très réguliers avec deux jours de décalage afin d'avoir les résultats les plus affinés. Ils ne prennent donc pas en compte le deuxième décès annoncé ce mercredi au Nigeria, ainsi que celui d'un Saoudien présentant des symptômes similaires à Ebola à Jeddah. Si ces événements sont confirmés, ils apparaîtront dans le prochain bilan.

Si le bilan humain est d'ores et déjà dramatique, le virus affecte également les économies des trois premiers pays, qui sont des Etats fragiles : l'agriculture est parfois paralysée, les travailleurs agricoles fuyant les régions atteintes, tandis que le commerce transfrontalier est ralenti, que des mines ont été fermées et que des vols ont été annulés.

Ebola : la carte de la propagation

Le virus Ebola se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus de personnes ainsi que par animaux infectés. Dans le cas présent, on suspecte fortement les chauves-souris de servir d'hôtes.

Le code couleur correspond au nombre de cas confirmés d'infection (Sources : OMS), du plus clair au plus foncé. En cliquant sur chaque pays, découvrez l'avancée de l'épidémie.

Ebola : plus d'une chance sur deux d'en mourir

Le taux de mortalité du virus Ebola, qui peut aller de 25 à 90%,  tourne pour cette épidémie autour de 60% . Le virus se manifeste notamment par des hémorragies, des vomissements et des diarrhées et se transmet par contact direct avec le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant