INTERACTIF. Dopage : l'athlétisme dans la tourmente

le
0
INTERACTIF. Dopage : l'athlétisme dans la tourmente
INTERACTIF. Dopage : l'athlétisme dans la tourmente

Le Britannique Sebastian Coe, élu mercredi président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), entend appliquer une «tolérance zéro» en matière de dopage. Alors que commencent samedi les championnats du monde à Pékin (Chine), le double champion olympique du 1 500 m (1980 et 1984), doit composer avec les récentes révélations des médias.

L'IAAF est notamment accusée d'avoir bloqué la publication d'une étude sur le dopage selon laquelle un tiers des athlètes présents aux Mondiaux de 2011 ont admis avoir recours à des méthodes prohibées pour améliorer leurs performances. Des chercheurs de l'université de Tuebingen, en Allemagne, avaient conclu qu'entre 29 % et 34 % des 1.800 participants à la compétition avaient violé la réglementation antidopage au cours des 12 mois précédents. La fédération internationale a dénoncé des allégations «sensationnalistes et trompeuses».

Début août, la chaîne publique allemande ARD et le journal britannique Sunday Times affirmaient que sur 12 000 analyses sanguines provenant des bases de données de l'IAAF, un tiers des médaillés mondiaux ou olympiques entre 2001 et 2012 présenteraient des valeurs suspectes. La Russie et le Kenya sont particulièrement visés. La championne olympique du 800 m Mariya Savinova s'est ainsi retrouvée dans l'œil du cyclone. Les officiels russes ont annoncé qu'aucun athlète «suspecté d'utiliser des substances illicites ne pourra participer aux championnats du monde», assurant avoir pris cette décision indépendamment des «enquêtes médiatiques».

Grâce à nos graphiques, on peut constater que les athlètes russes sont les plus concernés par le dopage depuis le début des années 2000. Les Français ne sont pas en reste, avec plusieurs cas de contrôles positifs au cours des dernières années. Dernier en date, le marcheur Bertrand Moulinet, suspendu en juillet 2015 pour quatre ans. Il avait été contrôlé positif en avril au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant