INTERACTIF. Dis-moi quel est ton bac, je te dirai ta réussite à la fac

le , mis à jour à 10:20
3
INTERACTIF. Dis-moi quel est ton bac, je te dirai ta réussite à la fac
INTERACTIF. Dis-moi quel est ton bac, je te dirai ta réussite à la fac

Surchauffe ! Les aiguilles s'affolent dans la grande gare de triage virtuelle qu'est le site Admission-postbac, APB pour les habitués. Cette grosse machine, administrée par l'Education nationale, centralise les souhaits d'études de pas moins des quelque 600 000 futurs bacheliers de 2016, et va les aiguiller jusqu'à cet été sur les rails de l'enseignement supérieur. La première étape se clôt ce week-end : ils ont jusqu'à demain, 18 heures, pour valider la liste de leurs vœux de facs, de classes prépa, d'écoles ou encore de BTS pour l'année prochaine. Une liste dont ils pourront, jusqu'au 31 mai, modifier l'ordre... mais pas le contenu.

Chacun arrive avec son bagage : un bac général, technologique, professionnel. Tous ne se valent pas et si en théorie chacun est libre de monter dans le train de l'université — c'est le choix de six étudiants sur dix aujourd'hui —, les moins lestés risquent l'éjection au premier virage. C'est ce que montre, sans ambages, le document que « le Parisien » s'est procuré en exclusivité (notre infographie), avant sa mise en ligne par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

LIRE AUSSI (ABONNES)

> « L'important, la motivation du jeune »

> Les S raflent tout

> Le top 10 des facs « aidantes »

Il présente, pour la première fois, le pourcentage de réussite en première année de licence des étudiants selon leur bac d'origine. Les disparités sont grandes derrière la statistique globale selon laquelle 39 % seulement des nouveaux entrants à l'université passent le cap de la première année. Le niveau de difficulté de chaque section n'est pas le même selon qu'on arrive avec un bac S, le véritable passe-partout des études supérieures, ou avec un bac professionnel, qui n'était pas conçu pour préparer à la faculté et laisse sur le carreau l'immense majorité (94 %) des aspirants au bac + 3. Pour eux, la fac est un Everest, mais pas un défi totalement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 9 mois

    Les sujets interdits : la guerre d'Algérie, l'éducation nationale, l'affaire Kerviel, la nullité du PS, l''inaptitude de FH, le mariage homo (quoique ça je m'en tamponne), la nullité de la droite incapable d'appliquer ses idées, la stupidité du FN et de l'EG. Il reste quoi : la météo.....et encore ne faudrait-il pas dissuader un touriste de venir skier sur l'herbe. Et vous avez des clients Boursorama ?????

  • frk987 il y a 9 mois

    Bien sûr dire que le bac ne vaut plus un clou, c'est CENSURE, donc le vrai bac se passe à noël de la première année de fac, et là le gamin s'aperçoit qu'il n'a pas le niveau mais c'est trop tard pour un CAP......

  • frk987 il y a 9 mois

    Suite : et comme il ne fera pas le cap de plombier car c'est dégradant de se salir les mains, voilà un futur chômeur à VIE. Et de plus faut-il avoir aussi les compétences du plombier, car c'est loin d'être un métier pour âne, il faut beaucoup d'intelligence, de savoir faire et d'habileté.