INTERACTIF. Départementales : pourquoi le FN peut gagner dans l'Aisne

le
3
INTERACTIF. Départementales : pourquoi le FN peut gagner dans l'Aisne
INTERACTIF. Départementales : pourquoi le FN peut gagner dans l'Aisne

S'il doit y en avoir un... C'est un point sur lequel beaucoup d'experts et de politiques s'accordent : l'Aisne est la plus grande chance pour le Front national de remporter un département, alors qu'un sondage Odoxa pour Le Parisien/Aujourd'hui en France le donne gagnant au premier tour avec 41%.

Pour des raisons de simple arithmétique électorale, d'abord. Le parti y progresse de scrutin en scrutin(voir notre infographie en bas de l'article). C'est là qu'il a fait son meilleur score aux européennes de mai 2014 : 40,02% des voix. Du jamais vu.

Marine Le Pen y avait déjà réalisé un score canon au premier tour de la présidentielle de 2012 : 26,33% contre 17,9% au niveau national. Gare à ne pas trop «extrapoler», prévient toutefois Joël Gombin, chercheur au Curapp-université de Picardie-Jules-Verne. Car les départementales se jouent canton par canton et «les questions de personnalité comptent», relève ce spécialiste du FN. 

«C'est la France des oubliés»

L'Aisne donne d'autres raisons d'espérer au Front national. Car, de l'aveu même du FN, sa sociologie colle «pile-poil» à sa stratégie. «Un département emblématique d'un électorat FN contemporain», ose Franck Briffaut, patron du FN dans le département, qui a fait tomber la mairie de Villers-Cotterêts dans son escarcelle aux municipales de mars. «Le département est touché par l'abandon des pouvoirs publics et le mondialisme y a fait ravages. C'est la France des oubliés», résume Nicolas Bay, son secrétaire général, qui y voit «une zone de force».

«Sociologiquement, il y a tous les ingrédients pour une victoire : c'est un électorat très peu diplômé, très peu politisé, précarisé, avec beaucoup d'employés, d'ouvriers, dans une zone périurbaine», confirme Sylvain Crépon, chercheur à l'université de Tours, spécialiste du FN. «C'est une sociologie très populaire, avec un département en déclin économique, victime des délocalisations...», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • KENTOF le lundi 16 mar 2015 à 10:07

    pas que

  • pichou59 le lundi 16 mar 2015 à 09:56

    la plupart des partis se sont embourgeoisés ; ils sont bien scotchés sur leur(s) siège(s) !!!!! et ils ont oubliés le principal : l'électeur

  • lemonon1 le lundi 16 mar 2015 à 07:39

    les sans dent de FRANCOIS !