INTERACTIF. Demandes d'asile : 185 000 personnes accueillies en Europe en 2014

le , mis à jour à 18:27
0
INTERACTIF. Demandes d'asile : 185 000 personnes accueillies en Europe en 2014
INTERACTIF. Demandes d'asile : 185 000 personnes accueillies en Europe en 2014

Jamais l'Union européenne n'avait fait face à une demande aussi importante de demandes d'asile. En 2014, selon les chiffres publiés mardi par Eurostat, près de 360000 personnes ont fait une demande dans un des Etats membres de l'UE (excepté l'Autriche). Parmi ces demandes, 184.665 ont obtenu une réponse positive, «gagnant» ainsi un statut protecteur. 

Ce dernier chiffre représente une hausse de 50 % par rapport à 2013 et porte le total de demandeurs d'asile accueillis à 750000 depuis 2008 au sein de l'Union européenne. Une hausse qui s'explique par la montée en intensité des conflits, comme en Syrie. Décryptage de ces chiffres avec Anne Babout, responsable juridique à la Cafda (Coordination de l'accueil des familles demandeuses d'asile). 

L'Europe, et la France, face au défi des déplacés syriens

La grande majorité des demandeurs d'asile le devient en fuyant des zones de conflits. La situation actuelle en Syrie, où de multiples conflits opposent les forces gouvernementales aux rebelles ou aux groupes terroristes comme Daech, génère un grand nombre important, près de 70000 personnes, de demandeurs d'asile venus du Moyen-Orient. 

«Le conflit en Syrie ne date pas de 2014, le conflit en Afghanistan ne date pas de 2014... Il y a surtout une hausse de l'intensité des conflits et un décalage entre le début du conflit et l'arrivée des demandeurs d'asile. Ils mettent du temps à rejoindre l'Europe. Pour les Syriens, les Allemands et les Suédois sont les plus mobilisés», relève Anne Babout. 

En France, 2015 Syriens ont trouvé refuge en 2014. «Si on accueille pas suffisamment de Syriens, on les accueille mieux que d'autres populations. Il y a des effets de mode. On a beaucoup parlé des Chrétiens d'Orient ces derniers temps et, d'un point de vue social, ils ont plus d'aides que des réfugiés d'autres nationalités», avance Anne Babout. 

Une répartition inégale ?

Discutée en ce moment à Bruxelles, et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant