INTERACTIF. Budget 2015 : les grands gagnants et les ministères sacrifiés

le
0
INTERACTIF. Budget 2015 : les grands gagnants et les ministères sacrifiés
INTERACTIF. Budget 2015 : les grands gagnants et les ministères sacrifiés

Qui doit réduire la voilure ? Qui est au contraire favorisé ?  Le projet de loi de finances 2015, présenté ce mercredi en Conseil des ministres, permet comme chaque année de voir quelles sont les priorités réelles du gouvernement, au-delà des déclarations d'intentions. Contraint de se serrer la ceinture, l'Etat ne peut en effet se permettre d'augmenter la capacité d'action d'un ministère... sans en sacrifier un autre. Petit tour d'horizon des effectifs et des crédits alloués aux 30 missions de l'Etat. 

Effectifs : priorité à l'enseignement, la Défense à la diète

La grande nouveauté en 2015 concernera Pôle emploi. Alors qu'elle avait profité d'un coup de pouce deux années durant, avec à chaque fois 2000 temps plein en plus, cette administration va cette fois devoir traiter les dossiers des chômeurs à effectif constant. 

Pour le reste, la priorité est une nouvelle fois donnée à l'enseignement. Education nationale, lycées agricoles, universités... Ce secteur cannibalise 90% des créations de postes. Arrive loin derrière  la justice, la police et la gendarmerie. A eux trois, ils vont bénéficier de 1005 postes en plus. Les forces de l'ordre supplémentaires «permettront majoritairement de renforcer les effectifs(...) dans les zones de délinquance les plus sensibles», promet Bercy. 

Ces nouveaux postes seront créés grâce aux 400 millions d'euros économisés sur les réductions d'effectifs dans les ministères non-prioritaires. Comme toujours depuis trois ans, c'est la Défense qui paie le plus lourd tribu. Avec 7500 postes en moins, un chiffre comparable aux exercices précédents, ce ministère endosse à lui seul 58% des suppressions de postes de l'Etat. Malgré ces efforts, la masse salariale va progresser de 478 millions d'euros, soit une hausse de 0,6%.

 

Crédits : l'enseignement et le logement en hausse, l'agriculture et la défense en baisse

En termes de crédits, la priorité est clairement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant