INTERACTIF. Athènes : la Bourse termine sur une chute historique de 16,23%

le , mis à jour à 10:15
0
INTERACTIF. Athènes : la Bourse termine sur une chute historique de 16,23%
INTERACTIF. Athènes : la Bourse termine sur une chute historique de 16,23%

La Bourse d'Athènes a, comme attendu, accusé le coup des turbulences économiques et financières du pays, en dégringolant au jour de sa réouverture après cinq semaines d'interruption des échanges, dans le contexte sensible de négociations d'un troisième plan de renflouement de la Grèce.

L'indice ATHEX de la place financière athénienne a terminé lundi en baisse de 16,23%, une chute historique. Selon l'opérateur boursier grec, la dernière chute d'une telle ampleur remonte à décembre 1987 avec des pertes de 15,3% sur la séance. A l'ouverture, l'indice a plongé de 22,82% dès les premières minutes de la séance (07h30 GMT), à 615,72 points, avant de récupérer lentement et d'afficher -16,94% à la mi-journée (11h30 GMT). Les valeurs bancaires étaient particulièrement pénalisées avec des pertes d'environ 30%, traduisant la grande vulnérabilité du secteur après des retraits de plus de 40 milliards d'euros depuis décembre.indice ATHEX de la place financière athénienne s'est effondré à 615,72 points à 9h38, quelques minutes après sa réouverture.

VIDEO. Grèce : la Bourse chute de 16% le jour de sa réouverture

Les acteurs du marché prévoyaient une remise en route pénible après une interruption des opérations depuis le 26 juin sur fond d'impasse dans les négociations entre la Grèce et ses créanciers UE et FMI sur la reprise du financement du pays.Depuis l'accord au forceps, lors du sommet européen du 13 juillet entre Athènes et les institutions créancières, les négociations ont repris «et nous allons dans la bonne direction», a estimé lundi le Commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici dans le quotidien grec Ethnos.

Le président de la Commission des marchés, Konstantinos Botopoulos, a appelé à «attendre la fin de la semaine pour voir avec plus de sérénité comment sera appréhendée cette réouverture». «C'est comme pour un malade (...), l'idée, c'est de débrancher ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant