INTERACTIF. Assemblée : les bizarreries du rattachement financier des députés

le
0
INTERACTIF. Assemblée : les bizarreries du rattachement financier des députés
INTERACTIF. Assemblée : les bizarreries du rattachement financier des députés

Un député socialiste qui donne son argent au Parti radical de gauche (PRG), un autre de l'UMP qui choisit Debout la République (DLR) de Nicolas Dupont-Aignan... L'opération transparence lancée depuis deux ans dans les couloirs du Palais Bourbon permet de mettre à jour de sacrées curiosités comptables. 

L'Assemblée nationale dévoile ce vendredi à quel parti est rattaché pour 2015 chaque député (à différencier du groupe parlementaire). Une information loin d'être anodine puisque le rattachement est un mécanisme essentiel du financement des partis politiques. Chaque député ou sénateur permet au parti auquel il est lié de récupérer quelque 40 000 euros, dans le cadre de la législation sur le financement des formations politiques. Voici ce que révèle la liste 2015. 

Debout la République, le grand gagnant. Aujourd'hui appelé Debout la France, le parti de Nicolas Dupont-Aignan n'a qu'un seul député, en l'occurrence son président. Et pourtant, il réussit le tour de force d'attirer quatre autres parlementaires de droite. C'était déjà le cas l'an passé. Comme en 2013, Jacques Bompard (Ligue du Sud),  Jean-Pierre Decool (apparenté UMP), Véronique Besse (Mouvement pour la France), remplissent les caisses du mouvement. Un nouveau s'ajoute à la liste: Yannick Moreau (UMP). C'est d'ailleurs le seul élu UMP à faire faux bond à son parti.

Les ex-PS Thomas Thévenoud et Sylvie Andrieux bien seuls. Les deux pestiférés du Parti socialiste n'ont plus aucune attache. Pour le premier, éjecté du gouvernement après les révélations sur ses déboires fiscaux, il est inscrit «Non rattaché». Pour la seconde, condamnée pour détournements de fonds publics, il est marqué «Non déclarée». La même inscription figure pour Paul Giacobbi, député de Haute-Corse, pourtant rattaché au groupe Radical, républicain, démocrate et progressiste. C'est d'ailleurs lui qui avait pris la parole mardi au nom des radicaux lors du vote ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant