INTERACTIF. 9 août 1945 : Nagasaki, la deuxième cicatrice du Japon

le , mis à jour à 13:35
0
INTERACTIF. 9 août 1945 : Nagasaki, la deuxième cicatrice du Japon
INTERACTIF. 9 août 1945 : Nagasaki, la deuxième cicatrice du Japon

C'est la deuxième cicatrice que le Japon continue de soigner. Le 9 août 1945, trois jours après que «Little Boy» a ravagé Hiroshima, c'est au tour de «Fat Man» de s'écraser sur Nagasaki, tuant 74000 personnes et réduisant en poussière 80% des bâtiments de la ville. 70 ans plus tard, à 11H02 (02H02GMT), moment de l'impact,  les habitants ont observé une minute de silence, seuls le son des cloches retentissant à des kilomètres à la ronde.

NAGASAKI : avant /après l'explosion

VIDEO. La bombe Fat Man tombe sur Nagasaki

Une cible par défaut

Grande ville portuaire du sud de l'archipel, cet ancien comptoir d'échanges commerciaux entre le Japon et l'étranger n'était pas la cible privilégiée des américains.

Ce jour là, le bombardier américain B-29 devait lâcher l'engin destructeur sur Kokura, où se trouvait une importante usine d'armement. Après trois tentatives de survol, le mauvais temps a obligé le capitaine Charles Sweeney à se diriger vers Nagasaki, ville commerciale la plus proche. De là, il pouvait lâcher la bombe «de visu».

Nagasaki a donc été la terrible victime qui forcera le Japon a capituler face aux américains le 15 aout 1945, marquant la fin de la Guerre du Pacifique et de la seconde Guerre Mondiale.

Aux jeunes de se souvenir

A l'occasion des commémorations, le Premier ministre Shinzo Abe a souhaité réitérer sa volonté de militer en faveur du désarmement nucléaire : «en tant que seul pays frappé par la bombe atomique, le Japon veut être un meneur du mouvement mondial contre les armes nucléaires».

Le maire de la ville a soutenu les propos de Premier ministre, invitant «le président américain (Barack) Obama et les représentants de tous les pays possédant l'arme nucléaire» à venir à Nagasaki, pour comprendre.

VIDEO. Nagasaki : un survivant se souvient de la deuxième bombe atomique

Mais pour lui, la priorité est de transmettre des valeurs pacifiques à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant