Intempéries : un immeuble évacué à Nice, circulation difficile dans les Pyrénées Orientales

le
0
Intempéries : un immeuble évacué à Nice, circulation difficile dans les Pyrénées Orientales
Intempéries : un immeuble évacué à Nice, circulation difficile dans les Pyrénées Orientales

Alors que la situation dans les Pyrénées-Orientales s'orientait lundi vers la normale, après une crue exceptionnelle qui a fait un mort et quelque 3.500 déplacés, un immeuble entier a été évacué dans la nuit de dimanche à lundi à Nice (Alpes-Maritimes).

A Nice, le risque d'effondrement d'une falaise entraîne l'évacuation d'un immeuble. La décision a été prise dans la nuit de dimanche à lundi, peu avant minuit, par un ingénieur de la ville, rapporte ce lundi le quotidien régional Nice Matin. Les occupants de 21 logements, soit une centaine de personnes, d'un immeuble situé au lieu-dit «Vallon Monari», dans le quartier Magnan, ont été dans l'obligation de quitter leurs domiciles.

Des premiers éboulements enregistrés dimanche après les fortes pluies de ces derniers jours ont conduit la ville de Nice à prendre cette mesure de prudence. Les habitants ont été relogés par la mairie dans des hôtels.

Pas de transports scolaires dans les Pyrénées-Orientales. «Les cours d'eau sont repassés en vigilance jaune», tout comme l'ensemble du département, a indiqué la préfète, Mme Josiane Chevalier. Les 3.500 personnes déplacées sont rentrées chez elles au terme de ces quatre jours d'intempéries.

La préfecture a néanmoins décidé de «fermer les transports scolaires» ce lundi en raison de la difficulté de circulation sur certaines routes ou d'écoles fermées à cause des dégâts, a-t-elle encore indiqué. Compte tenu de ces «inondations exceptionnelles», un total de 77 axes ont été partiellement fermés, 32 axes fonctionnent alternativement et 10 passages à gué sont interdits, a précisé Josiane Chevalier.

«Cet après-midi, nous réunirons l'ensemble des maires pour faire le point et préparer le dossier de catastrophe naturelle», a-t-elle également déclaré. Elle se référait à l'engagement du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve de classer en état de catastrophe naturelle l'Aude et les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant