Intempéries : le Finistère en alerte rouge, onze départements en orange

le
1
Intempéries : le Finistère en alerte rouge, onze départements en orange
Intempéries : le Finistère en alerte rouge, onze départements en orange

Les grandes marées les plus redoutées sont arrivées vendredi soir sans drames sur la façade atlantique, qui reste sur le qui-vive en attendant celles de samedi, en particulier dans le Finistère, très affecté récemment par des inondations, placé en vigilance rouge «crues». Quatre autres départements (Charente-Maritime, Gironde, Landes, Pyrénées-Atlantique) ont été placés «vigilance crues» orange pour les mêmes raisons.

Une autre menace pèse sur les départements côtiers : celle des puissantes vagues suscpetibles de submerger le littoral. Onze département (Manche, Ille-et-Vilaine, Côtes-d'Armor, Finistère, Morbihan, Loire-Atlantique, Vendée, Charente-Maritime, Gironde, Landes, Pyrénées-Atlantique) ont ainsi été placés en vigilance «vagues-submersion» orange

A Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), comme à Morlaix (Finistère), où le pire était redouté quelques heures plus tôt, la grande marée du soir n'a pas entraîné de problèmes. «Nous n'avons pas d'inondations. Tout est en place pour samedi matin. Mais il y a moins de précipitations que prévu», a ainsi déclaré Agnès Le Brun, maire de Morlaix.Dans ce département, déjà malmené par de fortes crues en décembre et en janvier, c'est la rivière de Morlaix qui inquiète, selon Météo France. Son estuaire, très encaissé, sur 15 km entre la ville et l'embouchure, pourrait être saturé.

Vendredi, des sacs de sables ont été mis à disposition d'habitants et commerçants et la police municipale est passée dans les commerces pour demander à ce que tout soit rehaussé. Mais les précipitations et le vent étant restés modérés, le pire a été évité. De grandes marées sont cependant encore attendues samedi vers 7 heures puis vers 19 heures. «Les dommages générés devraient être plus circonscrits que ceux occasionnés le 24 décembre dernier», selon Vigicrues. Le petit fleuve côtier Laïta, qui passe à Quimperlé, l'une des villes les plus touchées par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le samedi 1 fév 2014 à 01:04

    Courage...La droite revient en force !...:-)))