Intempéries : gros coup de vent attendu dès lundi soir

le
0
Intempéries : gros coup de vent attendu dès lundi soir
Intempéries : gros coup de vent attendu dès lundi soir

Les précisions s'affinent à mesure que l'on s'approche du gros «coup de tabac» qui doit frapper la moitié nord de la France durant les fêtes de Noël. Annoncées initialement pour mardi 24 au soir et mercredi 25 dans l'après-midi, les intempéries devraient en fait toucher la Bretagne dès lundi soir, et gagner une large moitié nord du pays mardi midi. Un second coup de vent est également attendu à la fin de cette semaine durant laquelle le temps demeurera très instable sur la façade atlantique.

De gros coups de vents - qui pourraient dégénérer en tempête - devraient ainsi balayer lundi soir la Bretagne, les Pays-de-la Loire et la Basse-Normandie, avant de gagner la Picardie, l'Ile-de-France et le Nord-Pas-de-Calais dans la nuit. L'Est sera a priori épargné par ces rafales «qui pourraient atteindre 80 à 110 km/h dans les terres, et jusqu'à 140 km/h sur les caps exposés», selon Frédéric Decker, prévisionniste à MeteoNews.

Il faudra également compter sur un passage pluvieux très conséquent entre le 23 et le 25 d'ouest en est. Le deuxième épisode venteux est «plus incertain», selon lui, mais devrait frapper à nouveau la côte atlantique en fin de semaine, « a priori vendredi», selon les prédictions élaborées ce samedi.

Comme nous l'annoncions dès mercredi, ces éventuelles tempêtes seront toutefois sans commune mesure avec les deux monstres qui avaient balayé la France fin décembre 1999.

Une semaine de mer démontée

Le système dépressionnaire installé sur les îles britanniques génère d'ores et déjà une forte houle sur la côte atlantique. «Demain dimanche, la houle sera de 5 mètres sur toute la façade atlantique, du Finistère au Pays basque, et ça devrait s'aggraver dans la semaine» explique Frédéric Decker, qui prévoit des creux supérieurs à 10 mètres au large de la Bretagne et de l'Irlande». Les coefficients de marée n'étant pas très forts, le danger devrait toutefois demeurer ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant