Intempéries: des communes les pieds dans l'eau en Bretagne

le
0

Plusieurs communes avaient les pieds dans l'eau jeudi en Bretagne après les fortes pluies des derniers jours conjuguées à d'importantes marées et avant l'arrivée de nouvelles pluies dans les prochaines heures.

A Quimperlé (Finistère), à la confluence de l'Isole et de l'Ellé, qui se rejoignent pour former la Laïta, fréquemment en crue, le niveau de l'eau était en baisse à la mi-journée, avec un recul d'environ 60 cm par rapport au pic atteint en début de matinée, a constaté un photographe de l'AFP.

Une semaine après un épisode similaire, et alors que le soleil était de retour, les badauds ne se lassaient pas de photographier les quais et les rues adjacentes inondées. Quelque 90 logements et commerces ont été touchés, avec des hauteurs y dépassant parfois 1,50 m, selon la mairie.

Un nouvel épisode pluvieux est attendu en début de soirée selon Météo France, qui a annoncé maintenir en vigilance orange trois départements bretons (le Finistère, le Morbihan et l'Ille-et-Vilaine). En outre, un nouveau flux est redouté en début de soirée en raison d'un fort coefficient de marée, dont l'effet se conjugue dans certains estuaires aux importantes précipitations qui ont gorgé les sols.

Aucune victime n'a cependant été à déplorer jeudi et les pompiers du Finistère n'ont eu à effectuer qu'un nombre "limité" d'interventions, ces crues, dûment anticipées, ayant affecté des quartiers régulièrement touchés par les eaux, à Quimperlé et dans une moindre mesure à Quimper et Landerneau, a indiqué le CODIS. Des sacs de sable avaient été distribués dès l'annonce d'un premier risque d'inondation, à l'approche de Noël.

A Quimperlé, "le niveau de la Laïta a atteint 4,70 m alors que Vigicrues n'attendait que 4,20 m au maximum", a déclaré jeudi à l'AFP Alain Kerhervé, adjoint au maire. Le niveau de l'eau a atteint ponctuellement le bas du tablier des ponts, a constaté le photographe de l'AFP.

"Nous retrouvons le même niveau d'eau que lors des inondations de Noël. Les habitants vont devoir tout renettoyer", a noté M. Kerhervé. "Nous espérons que l'arrêté de catastrophe naturelle sera pris le plus rapidement possible", a ajouté l'élu.

Jean-Pierre Julou, président de l'association Quimperlé inondations, a exprimé sa colère après ces nouvelles crues dans la commune. "Je suis furieux car depuis les grandes inondations de 2000, où l'eau était montée à 2,30 m dans les habitations, rien n'a été fait pour que l'eau puisse être retenue en amont", a-t-il déclaré à l'AFP. "Nous réclamons depuis 13 ans des retenues d'eau dès l'origine des affluents de la Laïta", a ajouté M. Julou.

La N12, principale artère à quatre-voies du nord de la Bretagne, a par ailleurs été coupée par une inondation jeudi matin au niveau de Guiclan (Finistère), dans le sens est-ouest, ont indiqué les autorités routières.

Dans le Morbihan, la préfecture a appelé jeudi à maintenir une "vigilance accrue (...) notamment des riverains de l'Oust et du Blavet". Quelques routes secondaires étaient coupées et les pompiers de ce département comptabilisaient 360 interventions depuis la nuit de mardi à mercredi, principalement pour des chutes d'arbres sur voie publique et des inondations de caves et de maisons.

Une femme d'une cinquantaine d'années a été tuée mercredi dans le Morbihan lorsqu'un arbre déraciné par le vent s'est abattu sur la voiture dans laquelle elle se trouvait, près de Questembert.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant