Intempéries : décrue confirmée, les habitants évacués sont rentrés chez eux

le
5
Intempéries : décrue confirmée, les habitants évacués sont rentrés chez eux
Intempéries : décrue confirmée, les habitants évacués sont rentrés chez eux

Enfin la décrue. Dimanche soir dans l'Aude et les Pyrénées-Orientales les quelque 3.500 déplacés ont pu regagner leur domicile après qu'une montée des eaux encore plus dévastatrice que la «grande crue» de 1999 a fait un mort. «L'ensemble des personnes évacuées dans les Pyrénées-Orientales (3.360, ndlr) ont pu rentrer chez elles», a indiqué vers 22 heures le sous-préfet Gilles Giuliani. «La décrue se poursuit et l'évolution est bonne», a-t-il précisé. Seule l'Agly reste en vigilance rouge même si, à 22 heures, ses eaux étaient revenues à une cote proche de la normale.

Dans l'Aude voisine, la préfecture a également indiqué que les déplacés, 300 environ, sont rentrés chez eux ou ont été accueillis dans leur famille. «Les décrues sont bien amorcées et plus aucun cours d'eau n'est en vigilance rouge», a-t-elle précisé.Peu après 23h00, Météo France a précisé que les Pyrénées-Orientales, l'Aude et le Var étaient en alerte orange «crues».

Dans le Var, des pluies sont encore annoncées pour la nuit, mais elles «ne seront pas soutenues», selon la préfecture. Le vent souffle de plus dorénavant vers le nord, ce qui favorise l'écoulement des eaux vers la mer Méditerranée.

Une décrue générale bienvenue à l'issue d'une journée de dimanche encore marquée, dans le sud-est de la France, par des pluies diluviennes. Alors que les intempéries ont déjà fait 4 morts et un disparu dans le Var depuis jeudi, Météo France avait de nouveau placé le département en alerte orange aux inondations en fin d'après-midi. Les Pyrénées-Orientales étaient en vigilance rouge «pluie-inondations» depuis samedi . Là les crues ont fait une victime vers 14 heures, un septuagénaire qui  voulait franchir en voiture une cuvette inondée à Rivesaltes. 

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a promis que l'Etat allait engager une procédure de classement en état de catastrophe naturelle «dès lundi matin» ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • s.thual le lundi 1 déc 2014 à 00:22

    pour ls regions a risques déjà repertoriees pourquoi ne pas imposer un etage obligatoire pour servir de refuge et protection des biens vitaux! voire meme imposer une annexe gonflable ,,,ca vaut 4 sous ,,,et au moins peut sauver des vies !!!

  • s.thual le lundi 1 déc 2014 à 00:19

    a quoi sert le deplacement du ministre en grande pompes comme d habitude , des frais qui pourraient etre utilises pour les sinistres ! il a bien des préfets de region ou responsables locaux aptes a decider !pa ailleurs en effet un peu moins de rond point, potelets, et autres artifices de circulation , moins de zenith et plus de digues de maintien des haies naturelles ,eviter les abattages anarchiques d arbres etc ,,,serait 1000 fois plus utile!

  • frk987 le dimanche 30 nov 2014 à 18:38

    Vous me trouverez une année où ces régions n'ont pas été sous les eaux......faut croire que les habitants aiment ces situations......

  • frk987 le dimanche 30 nov 2014 à 18:37

    Un peu moins de ronds points à l'anglaise et un peu plus de digues, toutes les années c'est la même affaire...RAS LE BOL.....Mais un rond point à la c.. ça rapporte des sous aux partis, les digues...bof, c'est un problème d'assurances.

  • opelin le dimanche 30 nov 2014 à 17:47

    73 ans il a voulu forcer le courant avec sa voiture ? La nature n'est pas en cause.