Intempéries - Ciotti : "Le phénomène relevait à l'évidence d'une alerte rouge"

le
0
24 heures après le drame, Éric Ciotti revient sur les circonstances de la catastrophe qui a endeuillé les Alpes-Maritimes.
24 heures après le drame, Éric Ciotti revient sur les circonstances de la catastrophe qui a endeuillé les Alpes-Maritimes.

Le président du conseil départemental des Alpes-Maritimes a passé le week-end le plus pénible de sa carrière politique. Dès samedi soir, il a sillonné les routes de l'ouest de son département pour évaluer l'ampleur des dégâts, mobiliser et coordonner les secours, rasséréner les centaines de familles qui ont dû être relogées. En milieu de journée dimanche, Éric Ciotti a accompagné Francois Hollande et Bernard Cazeneuve, qui, pendant 5 heures, se sont rendus sur les lieux du drame. 24 heures après celui-ci, il revient sur les circonstances de la catastrophe qui endeuille la France et tire les premières leçons de cette nuit dramatique.

Le Point.fr : Que s'est-il passé ?

Éric Ciotti : Nous avons été victimes d'un phénomène météorologique très exceptionnel, inédit ces 50 derniers années. Il est tombé sur la ville de Biot 200 mm d'eau en à peine plus d'une heure. Du jamais-vu ! Ces précipitations n'ont concerné qu'un petit périmètre : un triangle d'une quinzaine de kilomètres de côté entre Antibes, Cannes et Mandelieu. À l'intérieur de ce périmètre, des cours d'eau comme la Brague et le Riou sont sortis soudainement et irrésistiblement de leur lit. À Cannes, ce sont des rues qui sont devenues de véritables torrents.

Pourquoi Météo-France n'avait-elle pas alerté les populations et les collectivités locales de la probabilité d'un tel...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant