Intel va supprimer jusqu'à 12.000 postes d'ici mi-2017

le
0
Intel va supprimer jusqu'à 12.000 postes d'ici mi-2017
Intel va supprimer jusqu'à 12.000 postes d'ici mi-2017

Le géant américain des puces informatiques Intel va supprimer jusqu'à 12.000 postes d'ici mi-2017, soit 11% de ses effectifs, dans le cadre d'une restructuration destinée à "accélérer" sa transition vers des secteurs à plus forte croissance que les composants pour PC.Parmi les mesures envisagées, le groupe évoque dans un communiqué "des consolidations de sites à l'échelle mondiale, une combinaison de départs volontaires et contraints, et la réévaluation de programmes" en cours.Les employés affectés seront prévenus dans les 60 prochains jours, mais les mesures de restructuration s'étaleront jusqu'en 2017, précise-t-il.Le nom d'Intel reste fortement associé aux composants pour PC, longtemps sa principale source de revenus, mais le groupe souffre de la crise profonde traversé depuis plusieurs années par ce marché.Il a réagi en essayant de se recentrer sur les composants pour les objets connectés ou les services dématérialisés en ligne ("cloud"), qui semblent présenter de meilleures perspectives de croissance."Nos résultats sur l'année écoulée montrent une stratégie qui fonctionne", a commenté mardi le directeur général, Brian Krzanich, évoquant toutefois une "opportunité" pour "accélérer le rythme"."Ces mesures soutiennent un changement de long terme afin de mieux établir Intel comme un leader du monde intelligent et connecté", a-t-il ajouté. Intel estime que les mesures de restructurations devraient lui permettre d'économiser à terme 1,4 milliard de dollars par an, dont 750 millions dès cette année. Dans l'immédiat, cela va toutefois se traduire par une charge exceptionnelle d'environ 1,2 milliard dans ses comptes du deuxième trimestre.Sur les trois premiers mois de l'année, Intel a augmenté son bénéfice net de 3% à 2 milliards de dollars, mais son résultat par action, qui sert de référence à Wall Street, a atteint seulement 42 cents quand ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant