Intel limite les dégâts au troisième trimestre

le
0
Intel limite les dégâts au troisième trimestre
Intel limite les dégâts au troisième trimestre

Le numéro un mondial des microprocesseurs, l'américain Intel, a limité les dégâts au troisième trimestre malgré la crise sur le marché du PC, mais il a pris du retard pour la production d'une nouvelle puce censée l'aider sur le marché mobile.Le bénéfice net, qui accusait depuis plusieurs trimestre des baisses de plus de 20% sur un an, est ressorti cette fois seulement en léger recul de 0,7% à 2,95 milliards de dollars, selon des résultats publiés mardi.Le bénéfice par action, qui sert de référence à Wall Street, a même dépassé de 5 cents la prévision moyenne des analystes, à 58 cents.Quant au chiffre d'affaires, il stagne (+0,2%) à 13,48 milliards de dollars, en ligne avec les attentes du marché mais pour l'entreprise, c'est un soulagement après plusieurs trimestres de recul.Intel a enregistré "une croissance modeste dans un environnement difficile", a résumé le directeur général, Brian Krzanich, arrivé aux commandes du groupe en mai. Le fond atteint sur le marché des PC ?Lors d'une conférence d'analystes, Brian Krzanich a mis la performance trimestrielle du groupe sur le compte de l'élargissement du portefeuille de ses produits. "Nous démarrons le quatrième trimestre avec le portefeuille le plus large de l'histoire d'Intel", a-t-il affirmé."Depuis août, nous avons lancé plus de 40 nouveaux produits pour des segments de marché allant des objets connectés aux centres de données, avec une attention croissante portée aux appareils ultra-mobiles et aux systèmes deux en un", hybrides entre ordinateur portable et tablette, a-t-il relevé.Intel, dont les puces restent très associées au PC, souffre depuis plusieurs trimestres de la crise de ce secteur, cannibalisé par l'essor des appareils mobiles comme les smartphones ou les tablettes informatiques. Son nouveau patron a toutefois affirmé peu après son arrivée avoir fait du mobile "la plus haute priorité". La division du groupe ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant