Intel: la diversification semble payer, mais les prévisions inquiètent

le
0
Intel: la diversification semble payer, mais les prévisions inquiètent
Intel: la diversification semble payer, mais les prévisions inquiètent

Le géant américain des puces informatiques Intel, qui cherche à se diversifier en dehors du marché en crise du PC, a dégagé des bénéfices meilleurs que prévu l'an dernier, mais ses prévisions pour le début de 2015 inquiètent. D'après des résultats publiés jeudi soir, le bénéfice net a grimpé de 22% à 11,7 milliards de dollars sur l'ensemble de l'année 2014, dont 3,7 milliards (+39%) au quatrième trimestre. Le bénéfice trimestriel par action, qui sert de référence à Wall Street, a ainsi dépassé la prévision moyenne des analystes de 8 cents, à 74 cents. Le chiffre d'affaires a progressé pour sa part de 6% tant sur l'ensemble de l'année (à 55,9 milliards) qu'au quatrième trimestre (14,7 milliards).Pour le trimestre en cours en revanche, Intel dit attendre un chiffre d'affaires entre 13,2 et 14,2 milliards de dollars. Le milieu de cette fourchette est légèrement en-deçà des 13,77 milliards espérés par les analystes.Sur la base des autres indications fournies par l'entreprise, RBC Capital Market estime en outre que le bénéfice par action devrait ressortir à 48 cents, soit 3 cents de moins que le consensus actuel du marché.Dans les échanges électroniques suivant la clôture de Wall Street, l'action Intel perdait 2,57% à 35,26 dollars vers 23H20 GMT.- Le pari des objets connectés -Le directeur général, Brian Krzanich, s'est félicité d'avoir "atteint ou dépassé plusieurs objectifs importants" cette année, comme "revigorer l'activité (de composants pour les) PC, faire croître l'activité pour les centres de données, établir une présence dans les tablettes", tout en reconnaissant qu'il y a "encore de quoi faire en 2015".Intel, dont la réputation repose surtout sur ses puces pour PC, souffre de la crise que traverse depuis trois ans ce marché, cannibalisé par les tablettes informatiques et les smartphones.Même si leur déclin a ralenti après une chute de 10% en 2013, les ventes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant