Insultes et menaces de mort : panique au standard de la CGT

le
0
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT.
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT.

Il ne fait pas bon être standardiste à la CGT en ce moment. Dans les colonnes du JDD, Nickye et Marie racontent leur quotidien : insultes, menaces, blagues potaches? Une recrudescence d'appels qui fait écho au durcissement du mouvement social mené par Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT. Nombreux sont les exemples donnés par les deux femmes qui disent avoir « arrêté de compter les menaces de mort ». Depuis une semaine, les messages vulgaires font partie de leur quotidien : « Bonjour, je suis monsieur Connard, je viens m'inscrire à la CGT, je pense que j'y ai ma place », « Bonjour, je suis barbier, je viens raser la moustache de Martinez », « Salut les cons, passez-moi Staline-Martinez »? Le langage est fleuri.

Vendredi dernier, au moment fort de la pénurie de carburant, plus de 2 000 appels ont été enregistrés, explique Rafik Mansouria, responsable de l'accueil du siège de la centrale, au JDD. « Je n'ai jamais connu ça », explique Nickye. Mercredi dernier, raconte Marie, à la suite d'un appel, le personnel de sécurité a été mobilisé et placé à l'entrée : une bande arrivait pour « tout casser ». Sans suite.

CGT, l'impopulaire

La multiplication des actions menées depuis plusieurs semaines contre la loi travail, à l'appel de la CGT, a provoqué la colère de bon nombre de Français, « pris en otage » par les différents corps de métiers en grève :...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant