Institutions : entre la Ve et la VIe République, le PS balance

le
0
Avec leur projet de réforme institutionnelle, les socialistes veulent rompre avec la «boulimie» de pouvoir de Nicolas Sarkozy.

«Ni poursuivre les mirages, ni cultiver les remords.» Dans la note sur la réforme des institutions, qu'il a présentée mardi au bureau national (BN), Manuel Valls ne renie pas son idée initiale : le PS, selon le député maire d'Évry (Essonne), doit assumer l'esprit de la Ve République. Sans rêver d'un retour à un régime strictement parlementaire, sans promettre de grand soir institutionnel. Mais en améliorant son fonctionnement.

Pour obtenir le consensus autour de ses propositions, Manuel Valls a retiré de son texte la mention explicite que le PS abandonnait la marche vers une VIe République. C'est ce qu'il avait expliqué dans la première version, étudiée la semaine dernière. Mais cela n'a pas été suffisant. Mardi soir, devant un BN quasi déserté, et en l'absence de Martine Aubry, Arnaud Montebourg et le courant d'Henri Emmanuelli ont toutefois mené l'offensive pour défendre cette idée qui leur est chère. Le débat, tendu, s'est conclu sans vote.

À Marti

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant