Instagram (Facebook) accentue la pression sur Snapchat

le
0
Instagram (Facebook) accentue la pression sur Snapchat
Instagram (Facebook) accentue la pression sur Snapchat

Le réseau social américain Facebook continue de mettre la pression sur Snapchat par l'intermédiaire de sa filiale de partage de photos et vidéos Instagram, qui a annoncé lundi deux nouvelles fonctionnalités pour partager des images éphémères.Instagram Direct, le service de messagerie intégré à la plateforme et via lequel 300 de ses 500 millions d'utilisateurs s'envoient des messages privés, a ainsi commencé lundi à déployer dans le monde entier une option permettant de faire disparaître les photos et vidéos après leur réception, selon un message publié sur le blog de l'entreprise.A côté des messages traditionnels, qui restent stockés, les utilisateurs peuvent désormais également envoyer "des blagues ou les pires selfies" de manière privée et avec la garantie qu'ils disparaissent de la boîte de réception du ou des destinataires une fois vus, écrit Instagram. Le service garantit aussi que l'expéditeur sera informé si le destinataire transfère ou conserve une capture d'écran.A l'image de l'application Periscope de Twitter, Instagram va par ailleurs permettre de diffuser sur sa plateforme publique des vidéos en direct. Elles aussi disparaîtront de l'application une fois que l'utilisateur aura fini de diffuser. Cette fonctionnalité sera disponible "dans les prochaines semaines" pour tous les utilisateurs dans le monde.Le service de messagerie Snapchat est devenu très populaire auprès des adolescents et des jeunes adultes car il leur permet d'envoyer des photos et vidéos éphémères, qui disparaissent peu après leur réception. Il est considéré par beaucoup d'analystes comme l'ennemi numéro un pour Facebook, justement en raison de sa capacité à lui "voler" ce public très recherché.Après avoir tenté sans succès il y a quelques années de racheter Snapchat, Facebook a désormais entrepris d'en cloner certaines fonctionnalités, sur son réseau lui-même ou de manière croissante sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant