Inspections pour le Boeing 787 après de nouveaux incidents

le
0
DEUX NOUVEAUX INCIDENTS SUR DES BOEING 787 SIGNALÉS AU JAPON
DEUX NOUVEAUX INCIDENTS SUR DES BOEING 787 SIGNALÉS AU JAPON

TOKYO/WASHINGTON (Reuters) - L'aviation civile américaine à ordonné vendredi une inspection détaillée de l'ensemble des systèmes critiques du Boeing 787 après la série d'incidents qui ont affecté le Dreamliner, posant la question de sa fiabilité.

La série noire s'est poursuivie vendredi au Japon avec deux nouveaux incidents pour le dernier-né de Boeing.

La compagnie All Nippon Airways (ANA) a annoncé qu'un de ses Boeing 787 s'était posé sans dommage à Matsuyama, dans l'ouest de l'archipel, après l'apparition d'une fissure sur le pare-brise du cockpit. Le vol retour vers Tokyo a dû être annulé. Aucun passager n'a été blessé.

Une fuite de carburant a été détectée sous le moteur gauche d'un autre Dreamliner de la compagnie après son atterrissage à l'aéroport de Miyazaki, dans le sud du Japon. L'avion a pu rentrer à Tokyo avec du retard, a précisé une porte-parole d'All Nippon Airways.

Le Boeing 787, nouveau bijou technologique du constructeur américain, avec un prix catalogue de 207 millions de dollars (156 millions d'euros), a subi une série d'incidents cette semaine au Japon.

Si certains analystes estiment qu'il est normal de voir un appareil aussi sophistiqué et étroitement surveillé essuyer les plâtres, d'autres pensent que la multiplication d'incidents de ce genre pourrait affecter la confiance du public, et donc des compagnies aériennes.

L'aviation civile américaine (FAA) a d'ailleurs annoncé vendredi son intention de procéder à une inspection détaillée de l'ensemble des "systèmes critiques" du 787.

L'enquête, qui portera à la fois sur la conception, la fabrication et l'assemblage de l'appareil, devrait particulièrement se concentrer sur le système électrique innovant qui prend en charge les fonctions hydrauliques et la climatisation à la place des traditionnels systèmes pneumatiques, permettant une économie substantielle de poids, et donc de carburant.

La FAA a dit qu'elle fournirait des précisions au cours d'une conférence de presse à 14h30 GMT à Washington.

Selon le Wall Street Journal, les régulateurs américains s'interrogent sur la fiabilité du nouveau fleuron de Boeing sur les lignes transocéaniques.

FISSURE "COURANTE"

Le Boeing 787 a effectué son premier vol commercial fin 2011, après une série de contretemps qui ont retardé de plus de trois ans sa mise en service. Fin 2012, Boeing avait reçu 848 commandes pour des Dreamliners et en avait livré 49.

L'un de ces appareils, appartenant à Japan Airlines (JAL), a été endommagé lundi par un incendie provoqué par un problème électrique à l'aéroport Logan de Boston.

Le lendemain, sur le même aéroport, une fuite de carburant a forcé un autre 787 de la JAL à annuler son décollage.

Mercredi, la compagnie japonaise a annoncé l'annulation d'un de ses vols intérieurs en raison de problèmes de freinage.

L'avionneur américain a dit le même jour avoir "une confiance totale" dans ses 787.

Le mois dernier, l'aviation civile américaine a ordonné des inspections sur les Boeing 787 après la découverte de fuites sur deux appareils appartenant à des compagnies aériennes étrangères.

Un responsable du gouvernement indien - dont la compagnie nationale Air India a pris livraison de six Dreamliners et en a plusieurs autres en commande - a fait part vendredi de la préoccupation suscitée par la répétition de ces incidents, ajoutant attendre le rapport de la FAA.

All Nippon Airlines n'a pas souhaité de son côté dramatiser l'apparition d'une fissure sur le pare-brise du cockpit d'un de ses appareils, après un peu plus d'une heure de vol et peu avant l'atterrissage à Matsuyama.

"Quelques fissures de ce genre apparaissent chaque année sur d'autres appareils. Nous ne considérons pas cela comme un problème fondamental" de Boeing, a assuré un porte-parole de la compagnie aérienne.

Un 787 d'ANA - qui possède avec JAL 24 des 49 Dreamliners déjà livrés - a inauguré vendredi la ligne transpacifique entre l'aéroport Marita de Tokyo et San José, en Californie.

Kentaro Sugiyama, James Topham, Mari Saito, Mayumi Negishi et Maki Shiraki à Tokyo, Anurag Kotoky à New Delhi, Deborah Charles à Washington, Tangi Salaün pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant