Insigne nazi : plusieurs militaires sont concernés

le
0
Insigne nazi : plusieurs militaires sont concernés
Insigne nazi : plusieurs militaires sont concernés

Voilà qui fait tache après le précédent du soldat français arborant un foulard représentant une tête de mort lors de l'opération Serval au Mali. L'armée est cette fois confrontée à des clichés montrant un ou plusieurs militaires engagés dans l'opération Sangaris en Centrafrique, arborant à l'épaule un écusson tricolore scratché ou cousu sur leur tenue kaki, frappé de l'énigmatique chiffre « 32 ». Et surtout de cette citation en allemand de prime abord peu visible : « Meine Ehre Heisst Treue » (« Mon honneur s'appelle fidélité »). Or, il s'agit de la devise des SS de l'Allemagne nazie?

Mis en ligne sur une page Facebook officielle de l'armée, un de ces clichés a été retiré vendredi. Mais il existe toujours une autre photo de l'AFP prise lors d'une patrouille à Bangui, montrant un soldat français portant ce même macaron. Sans que l'on puisse déterminer précisément s'il s'agit ou non du même homme. Hier, un soldat a été identifié comme appartenant au 8e RPIMa de Castres (régiment de parachutistes d'infanterie de marine). Ce régiment avait déploré la mort de deux militaires dans une embuscade à Bangui le 10 décembre.

Ce n'est pas un acte isolé

Selon nos informations, il ne s'agirait pas d'un acte isolé puisqu'il y aurait plusieurs militaires en cause. « Il y a d'autres soldats qui ont ce patch », assure une source officielle, qui évalue le nombre d'hommes concernés à « moins de dix a priori », mais relève que, « comme il y a enquête, les gars ne sont pas idiots et l'ont tous retiré ». De même source, on relativise en mettant l'affaire sur le compte de la jeunesse des soldats déployés sur le terrain ? âgés d'une vingtaine d'années ? et d'une « vieille tradition idiote ». Et pas, balaie-t-on, d'une adhésion à l'idéologie nazie. Quant au chiffre 32, il pourrait désigner l'unité combattante. Signe que l'armée prend toutefois ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant