Inquiétudes en Israël après la destruction d'un satellite aux Etats-Unis

le
0
Inquiétudes en Israël après la destruction d'un satellite aux Etats-Unis
Inquiétudes en Israël après la destruction d'un satellite aux Etats-Unis

Israël s'inquiétait vendredi du coup porté à l'ensemble de son industrie aérospatiale par la perte d'un satellite de communication sophistiqué dans l'explosion d'un lanceur aux Etats-Unis.Le lanceur Falcon 9 de SpaceX, société du milliardaire américain Elon Musk, a explosé jeudi au cours d'un essai au sol sur un pas de tir de Cap Canaveral (Floride), provoquant la destruction du satellite israélien de télécommunications Amos-6.Avec ses 5,5 tonnes, ce satellite dont le coût est estimé à entre 200 et 300 millions de dollars (178 à 267 M EUR) aurait été le satellite le plus lourd jamais mis sur orbite par SpaceX, une compagnie dont les récents succès avaient bousculé le secteur spatial.Un des ses canaux devait par exemple servir à Facebook pour l'internet à grande vitesse en Afrique.Le patron de l'Agence spatiale israélienne (ISA), Yitzhak Ben Yisrael, a estimé que l'onde de choc serait ressentie bien au-delà de Cap Canaveral.Le sinistre pourrait ainsi remettre en cause la vente de l'Israélien Spacecom, opérateur d'Amos, au groupe chinois Xinwei, chiffrée selon la presse à 285 millions de dollars (255 M EUR) et conditionnée à l'entrée en service réussie du satellite."C'est le deuxième coup dur, alors que se rapproche l'accord avec les Chinois", a souligné M. Ben Yisrael, faisant référence à la perte d'Amos-5, lui aussi détenu et opéré par Spacecom mais de fabrication franco-italienne.La communication avec ce satellite avait été rompue en novembre, quatre ans après son lancement depuis le Kazakhstan."De nouveau, il y a un problème majeur au lancement et j'espère que Spacecom est assez fort pour surmonter la situation et commander un autre satellite", a déclaré Yitzhak Ben Yisrael à la radio publique. Si c'est le cas, "cela prendra deux à trois ans pour rattraper le retard".- 'Avant-garde' -Le fabriquant d'Amos-6, Israel Aircraft Industries (IAI), a indiqué qu'il s'agissait du satellite le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant