Inquiétude croissante sur la dette de l'Italie

le
0
Rome examine de nouvelles mesures d'économies, sur fond de rumeurs d'aide de l'Union Européenne et du Fonds monétaire international.

Berlusconi riposte. Dans un communiqué ce lundi soir, le président du Conseil italien s'est fâché : «Personne n'a quoi que ce soit à craindre de la troisième économie européenne et de cet extraordinaire pays fondateur de l'Union européenne» qu'est l'Italie. Et d'ajouter : «Nous honorons notre dette publique régulièrement, nous avons un excédent primaire [hors intérêts de la dette] plus vertueux que nos partenaires et nous atteindrons l'équilibre budgétaire en 2013.»

Pourtant, le chef du gouvernement a convoqué lundi en urgence un Conseil des ministres, pour prévoir de nouvelles coupes budgétaires. Une décision prise sous pression de ses voisins, France et Allemagne en tête. Le président Sarkozy, appuyé par la chancelière Merkel, avait clairement énoncé, dimanche : «Pas question de faire jouer la solidarité si ceux que nous aidons ne font pas eux-mêmes des efforts considérables.» Seul manquait le nom du pays visé. Mais tout le monde avai

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant