Inquiet pour l'économie, Mark Rutte appelle à un Brexit graduel

le
0
    AMSTERDAM, 28 juin (Reuters) - La sortie du Royaume-Uni de 
l'Europe doit être progressive, a estimé lundi soir le Premier 
ministre néerlandais Mark Rutte, jugeant que la crise politique 
et économique déclenchée par le vote en faveur du Brexit 
menaçait le reste du bloc européen. 
    Le chef du gouvernement néerlandais s'exprimait devant le 
Parlement à la veille du premier Conseil européen post-Brexit, 
qui s'ouvrira mardi après-midi à Bruxelles sous la présidence 
tournante des Pays-Bas. 
    "Il ne serait pas sage de forcer une sortie rapide. Il 
serait prudent de donner du temps à la Grande-Bretagne", a-t-il 
dit aux députés néerlandais. "Il y a un sérieux problème 
économique qui pourrait endommager la position financière de la 
Grande-Bretagne et avoir des conséquences pour le reste de 
l'Europe", a-t-il mis en garde. 
    Les entreprises britanniques ont cessé d'investir et la City 
de Londres risque de perdre son statut, à l'heure où les banques 
étudient des déménagements dans d'autres grandes villes 
européennes, a-t-il dit. 
    Mark Rutte a déclaré préférer en outre que le processus de 
sortie soit lancé "aussi vite que possible", sans donner de 
calendrier précis. 
    Le leader d'extrême-droite néerlandais Geert Wilders a 
déposé une proposition visant à organiser un référendum sur la 
sortie des Pays-Bas de l'UE. Mais une large majorité de députés 
néerlandais soutient l'appartenance au bloc européen, et il est 
probable que la motion, qui sera soumise mardi aux voix, soit 
rejetée. 
 
 (Anthony Deutsch; Julie Carriat pour le service français, édité 
par Henri-Pierre André) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant