Inondations : les voitures souvent jugées irréparables

le , mis à jour à 21:50
2
Inondations : les voitures souvent jugées irréparables
Inondations : les voitures souvent jugées irréparables

Bourrées d'électronique, les voitures qui ont été plus ou moins submergées lors des inondations, ou qui ont roulé dans l'eau, seront vouées pour l'essentiel à la casse car jugées non réparables.

 

Voitures submergées à l'arrêt. Pour les véhicules dans lesquels l'eau s'est infiltrée, la mesure retenue est celle de «l'assise du siège», explique Sylvain Girault, vice-président de l'Association nationale des experts automobile. «Si l'eau est montée au dessus du niveau de l'assise, la voiture sera considérée comme non-réparable.» Certes, officiellement, le niveau retenu pour déclarer un véhicule techniquement irréparable est celui du «dessous du tableau de bord», mais «l'usage» communément admis entre «les experts et les compagnies d'assurance» veut que ce seuil soit abaissé à l'assise. «Les boitiers électroniques sont souvent installés bas dans les voitures», justifie Sylvain Girault. «Il y a aussi des équipements comme les prétensionneurs de ceinture de sécurité» qui peuvent être touchés par l'eau. Même si ces voitures redémarrent une fois l'eau évacuée, elles seront sujettes à «une succession de pannes», ajoute-t-il. «On ne s'en sort jamais !»

 

Quelques exceptions

 

Seules exceptions : les voitures de collection, les modèles très anciens. C'est-à-dire les véhicules dont la valeur économique permet d'envisager certaines réparations et ceux qui comportent moins d'électronique. «Donc en les séchant bien, on peut arriver à remettre ces véhicules en circulation, mais cela nécessite beaucoup de main d'œuvre et ça a donc un coût important.»

 

Les voitures qui ont roulé dans l'eau. «Circuler dans l'eau, en se disant que ça va passer, c'est vraiment à proscrire d'autant que des remous peuvent faire varier la hauteur de l'eau», insiste Sylvain Girault. D'abord, le véhicule et son conducteur «peuvent être emportés par le courant». Ensuite, le risque est que de l'eau ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 6 mois

    Suite : sans oublier de vidanger le réservoir d'essence et ne pas avoir peur d'avoir les fesses aux frais pendant 6 mois.....

  • frk987 il y a 6 mois

    Par contre une 4L de 1965, no problem, une vidange, la batterie changée et une vidange de BV et elle repartait sans problèmes pour des années, c'est ça le faux modernisme.