Inondations : les réflexes à avoir... et ceux à proscrire

le
0

Maisons inondées, caves évacuées et voitures submergées... De quoi perdre pied durant ce mois de juin diluvien. Malgré l’inquiètude et le choc, il faut penser à adopter les bons réflexes en cas de sinistre.

Pour annoncer l’été 2016, la France a les pieds dans l’eau. Un tel déluge sur l’ensemble du mois de mai n’avait pas eu lieu depuis que les statistiques existent, si l’on en croit les prévisionistes de Météo France. Suite aux pluies intenses, treize départements dont huit en Ile-de-France et cinq en Centre-Val de Loire ont été placés en vigilance inondation. A Orléans par exemple, ce sont déjà 139 millimètres de pluie qui sont tombés ces derniers jours, soit deux fois plus que la normale. Dans le Loiret, la Seine-et-Marne ou encore l’Essonne, de nombreuses maisons ont déjà été inondées. Quant à la capitale, elle voit ses musées fermés et certaines de ses caves évacuées tandis que les quatre réserves qui lui permettent de stocker les écoulements sont déjà presque pleines.

Pour venir en aide aux victimes, un fonds exceptionnel de soutien va être mis en place pour les collectivités les plus touchées par ces intempéries et l’état de catastrophe naturelle sera reconnu dès la semaine prochaine. Les sinistrés doivent ainsi adopter très rapidement les bons gestes afin de pouvoir limiter leurs dommages et se faire indemniser par son assureur.

Sauver tout ce qui peut être conservé

Les dégâts se chiffrent souvent en milliers d’euros lorsque les foyers voient leur logement inondé. Le bon réflexe avant d’appeler son assureur? Surtout ne rien jeter et sauver tout ce qui peut être conservé, y compris les choses déjà complètement ou en partie détruites. Il est aussi essentiel de prendre le plus de photos possibles de ses biens endommagés et des pièces de son habitation, afin de disposer d’éléments de preuves suffisants pour faire constater les dégâts. Une fois seulement que cette mission sauvetage aura été accomplie, vous pourrez décrocher votre téléphone afin d’exposer votre situation à votre assurance.

Déclencher les procédures pour être indemnisé

Pour être couvert et se faire indemniser suite aux dégâts des inondations, les assurés doivent avant tout déclarer le sinistre auprès de leur assureur, notamment à compter de la publication de l’arrêté de catastrophe naturelle si tel est le cas. Les compagnies d’assurance sont réactives et elles adoptent des mesures exceptionnelles pour ces situations d’urgence, comme des allongements de délai pour les déclarations de sinistres et des mesures de relogement. Lorsque le coût des dommages atteint plusieurs milliers d’euros, un expert est mandaté pour se rendre sur les lieux afin de rendre un rapport détaillé à l’assureur. Dans 70% des situations, les cas sont réglés dans les deux mois suivants la catastrophe.

Ne pas entreprendre trop rapidement des travaux

Pour éviter toutes les arnaques de certains artisans qui profiteront de votre détresse pour vous imposer des tarifs abusifs, il ne faut donc pas se précipiter sur de nouveaux travaux entrepris trop rapidement. D’une part, vous risqueriez d’entamer des rénovations vaines sans avoir pris connaissance de la suite des intempéries pour les semaines à venir. D’autre part, il est également indispensable d’en parler avec son assureur qui connaît le dossier. L’assurance sera effectivement la mieux à même de vous conseiller en terme de travaux et vous évitera toute mauvaise surprise venant des artisans qui seraient tentés de vous arnaquer.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant