Inondations : les Landes toujours en alerte crues

le
0
Inondations : les Landes toujours en alerte crues
Inondations : les Landes toujours en alerte crues

L'heure était à l'accalmie lundi matin sur la façade atlantique dans le Sud-Ouest, à l'issue d'un week-end tumultueux. Et sur les cinq départements en vigilance orange pour les crues (Charente-Maritime, de Gironde, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques et le Finistère)  annoncés lundi matin par vigicrues, seul celui des Landes reste sous surveillance.

 

La fin de la vigilance orange a été annoncée vers 10h30 par météo France sur les tronçons estuariens et sous influence maritime des cours d'eau de la façade atlantique. Reste l'Adour, entre Dax et les gaves réunis, dans les Landes, qui, malgré la décrue amorcée depuis jeudi, a des niveaux encore hauts et reste donc sous vigilance orange à cause d'une décrue très lente d'un cm/h.

Peu de temps auparavant, plusieurs cours d'eau avaient été placé sous haute surveillance dans quatre départements du sud-ouest et dans le Finistère : outre l'Adour, la Garonne depuis l'amont de Bordeaux et la Dordogne depuis Libourne jusqu'à leur confluence (Gironde), l'estuaire de la Gironde (Gironde et Charente-Maritime) et  la Laïta (Finistère) faisaient l'objet d'une attention toute particulière.

A Bordeaux, où les quais sur la Garonne ont été provisoirement fermés pendant le week-end, quelques faibles débordements étaient encore attendus peu après 9 heures.

Le mauvais temps s'éloigne...

Dans les Pyrénées-Atlantiques, où des vagues de plus de 8 mètres ont été observées dimanche, les premières marées attendues avec des coefficients autour de 106 n'ont provoqué aucun dégât matériel lundi matin, selon les pompiers.

A Bayonne, qui a subi pendant plusieurs jours les débordements de l'Adour et de la Nive, les deux cours d'eau sont «restés dans leur lit», selon un technicien de la ville. «Le niveau de l'Adour est de 15 cm de moins que celui qu'on attendait», a-t-il précisé. Un pont enjambant l'Adour, très fréquenté en temps normal, et que la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant