Inondations : la construction d'un centre commercial fait polémique

le
0

À Cagnes-sur-Mer, le centre commercial «Polygone Riviera» n’a pas encore été inauguré, mais il fait déjà polémique. La raison ? Il est construit en zone inondable selon ses opposants.

Le centre commercial Polygone Riviera de Cagnes-sur-Mer, dans les Alpes-Maritimes, ouvrira bien ses portes au public le 22 octobre prochain, a confirmé le directeur général adjoint des Services de la mairie, Alain Vernay après la polémique autour de la construction, qui a débuté par un article publié sur le site de France Info. Le problème? Après les pluies diluviennes de ce week-end, ce centre commercial s’est retrouvé les pieds dans l’eau... alors que son inauguration n’a lieu que dans 15 jours!

Un incident fâcheux. D’autant plus que le «Polygone Riviera» a été bâti au bord d’un cours d’eau sur la commune de Cagnes-sur-Mer! Un cours d’eau qui est loin d’être anodin puisqu’il est catégorisé à «fort risque», selon des documents des services de l’Etat. Face aux accusations d’avoir implanté ce centre en zone inondable, ses développeurs Unibail-Rodamco et Socrir ont répondu par un communiqué. «Aucun bâtiment du centre commercial n’est situé en zone rouge (zone inconstructible), précise le document. Les ponts qui enjambent le Malvan ont été construits selon des normes supérieures à celles exigées par la réglementation en vigueur, soit un mètre au-dessus du niveau de la crue centennale de ce cours d’eau.»

«L’eau qui est arrivée dans les sous-sols ne provient pas du débordement du Malvan, mais d’une trémie située de l’autre côté de la voie pénétrante qui mène au centre», précise au site Batiactu le directeur général adjoint des Services de la mairie, Alain Vernay.

L’inondation viendrait donc de l’eau de ruissellement de cette voie, qui n’a pas été maîtrisée par le système de pompage installé à cause d’une coupure de courant, car le groupe électrogène était défaillant à ce moment-là. Un expertise est actuellement en cours.

Le Polygone Riviera, pas le seul chantier «à risque»

Le centre commercial de Cagnes-sur-Mer n’est pas le seul chantier à faire débat. La seconde gare de Montpellier, baptisée Sud de France, devrait être mise en service en 2017 près d’Odysseum, un quartier construit de toutes pièces durant le mandat de Georges Frêche, l’ancien maire de la ville. Pour ce projet, petit hic: il est lui aussi situé en zone inondable. «Il est a priori susceptible d’une part de subir une inondation (voies ferroviaires ou voies d’accès à la gare) et d’autre part de modifier le risque d’inondation (imperméabilisation de sols, frein à l’écoulement)», avertit Libération, qui cite un avis daté de mars 2014 de l’Autorité environnementale, une instance nationale consultative.

Autre chantier qui pourrait présenter des problèmes similaires: la reconfiguration du quartier historique du centre de Marseille, où se trouve notamment le stade Vélodrome. En tout, 750 logements ont été construits et un centre commercial de 20.000 mètres carrés est également en chantier. Là aussi, le risque d’inondation existe: ce quartier est situé sur les bords de l’Huveaune, une rivière qui avait causé (en 1978) l’une des plus grandes submersions de la ville, rappelle Libération.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant