Inondations : la Bretagne de nouveau en alerte

le
0
Inondations : la Bretagne de nouveau en alerte
Inondations : la Bretagne de nouveau en alerte

Après la tempête qui a balayé la Bretagne juste avant Noël, c'est la pluie qui s'abat sur la région. En effet, le nord-ouest se prépare à passer un Nouvel An humide. Météo-France a placé les quatre départements bretons et la Loire-Atlantique en vigilance orange à cause d'une nouvelle perturbation pluvieuse qui devrait arriver dans la nuit de la Saint-Sylvestre. Mardi soir, la préfecture de la zone de défense et de sécurité Ouest a confirmé qu'une «vigilance accrue est maintenue» dans les départements du nord-ouest.

Selon Météo-France, le Finistère, le Morbihan et la Loire-Atlantique sont menacés de vagues submersives mercredi, en raison de fortes marées (coefficients de 96 et 100) et de fortes vagues dues à une nouvelle dépression.

La Vilaine et la Laïta sous surveillance

Le Finistère, le Morbihan et les Côtes d'Armor risquent également de subir des inondations, avec des cumuls de pluie moyens de «15 à 25 cm» mercredi, alors que les sols et les cours d'eau sont déjà en état de «saturation» note Météo-France. Le lit de la Vilaine est particulièrement sous surveillance après les perturbations qui avaient fait monter le niveau du fleuve pendant la semaine de Noël. Si le niveau de ce petit fleuve a baissé à la faveur d'une accalmie, l'eau devrait remonter à partir de mercredi avec les nouvelles précipitations attendues.

Outre la Vilaine, la Laïta, qui coule entre Quimperlé (Finistère) et la côte sud de la Bretagne, est également passée mardi en vigilance crues orange. Le niveau d'eau élevé, associé à des coefficients de marées élevés et à de forts vents pourrait entraîner des débordements, précise la préfecture.

Relative accalmie jeudi

Devant les nouveaux risques liés à la météo, la préfecture conseille notamment de «limiter au maximum» les déplacements, de s'informer de la situation météo et de ne pas circuler en bordure des cours d'eau. Les riverains des cours d'eau sont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant