Inondations de juin : Angélique et Alexandre n'ont toujours pas retrouvé leur maison

le
0
Inondations de juin : Angélique et Alexandre n'ont toujours pas retrouvé leur maison
Inondations de juin : Angélique et Alexandre n'ont toujours pas retrouvé leur maison

« Nous avons vraiment hâte de voir le bout du tunnel. Car les experts, le dossier pour les assurances et le versement de l'argent, c'est vraiment le parcours du combattant et la galère. » Angélique Bravo et Alexandre Bauer vivaient depuis neuf ans dans une jolie maison aux volets bleus située à 100 m à peine du canal à Bagneaux-sur-Loing (Seine-et-Marne). « Comme tout le monde, on croyait que c'était suffisamment loin et qu'en cas de crue du Loing, ce canal ferait rempart. » Mais le 1er juin, ils sont touchés par les inondations. S'en souvenir est encore difficile. « Regardez, l'eau est montée à une hauteur de 1,80 m. Tout s'est joué en cinq minutes. On n'a rien pu sauver, du poêle à bois en passant par les meubles, l'électroménager, la moto et le scooter... Tout a été dévasté dans notre maison ! »

 

Mais plus de quatre mois après ce désastre, Angélique et Alexandre n'ont pu commencer les travaux de rénovation de leur maison. « On a seulement touché 20 000 € en trois fois. Mais cela ne suffit pas pour se lancer dans un chantier. D'autant qu'il a fallu racheter un scooter pour aller travailler à Fontainebleau. Tous les murs sont à nu. C'est une rénovation de A à Z que l'on doit entreprendre. D'après l'assurance et le rapport d'expertise que nous avons signé le 26 septembre, nous devons être indemnisés à hauteur de 106 000 €. Il nous reste donc 86 000 € à toucher. Mais quand ? L'assurance ne peut nous le dire. »

 

Pour Angélique, le casse-tête a démarré... dès le départ. « On a bien vu l'expert le 14 juin et on nous a débloqué 5 000 €. Mais le problème c'est qu'après, beaucoup d'experts sont partis en vacances d'été. Et notre dossier a été en suspens jusqu'au 30 août. De plus notre propre cabinet d'expert a lui aussi été inondé. Donc c'est un autre qui s'est déplacé de Lyon pour venir voir notre maison. Il a fallu constituer un dossier de 700 pages, en ressortant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant