Inondations : comment se faire indemniser

le
0

Les dommages causés par les inondations sont couverts par les assurances multirisques habitation, à condition qu’elles soient reconnues comme catastrophe naturelle. En attendant qu’un arrêté soit signé, les victimes doivent contacter leur assureur.

Dans le Loiret, la Seine-et-Marne ou encore l’Essonne, de nombreuses maisons sont totalement inondées et des voitures noyées sous un ou deux mètres d’eau. Les victimes doivent d’ores et déjà contacter leur assureur, par téléphone, e-mail, ou encore en se connectant à l’application mobile ou au site internet de la compagnie. «Ile ne faut pas attendre qu’un arrêté de catastrophe naturelle soit pris pour contacter son assureur. Les victimes doivent agir immédiatement. Ce qui permettra d’ouvrir les dossiers, de commencer à les instruire et donc de gagner du temps», explique-t-on à la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA). Il est indispensable de conserver les preuves de la situation (vidéos, photos, témoignages de voisins).

Les assureurs sur le pont

Les assureurs ont déjà pris les devants. Allianz, par exemple, a mis en place un numéro gratuit 0.800.00.15.00. Celui-ci propose notamment de verser à ses assurés «des acomptes pour faire face aux situations urgentes et d’allonger le délai de déclaration jusqu’au 30 juin 2016». Les personnes assurées auprès de la Caisse d’Épargne peuvent, elles, contacter le 0.800.30.43.16. La banque a elle aussi mis en place prévu d’allonger le délai de déclaration du sinistre au 30 juin. «Des mesures de relogement dérogatoires sont également mises en place pour les sinistres les plus critiques», précise-t-on à la Caisse d’Épargne.

Comment est-on couvert

Les dommages causés par les inondations sont couverts par les contrats d’assurance multirisques habitation ou auto (ou multirisques entreprises pour les PME ou TPE), seulement si les intempéries sont reconnues par les pouvoirs publics comme catastrophe naturelle. Pour l’heure aucun arrêté interministériel de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle n’a été publié au Journal Officiel. Mais il devrait être signé dans les jours qui viennent ou lors du prochain Conseil des ministres, mercredi prochain.

À compter de cette publication, les assurés qui n’auront pas déjà déclaré le sinistre auront encore dix jours pour le faire. Attention, les dégâts sont indemnisés seulement si le contrat comporte une garantie dommages. Les voitures assurées au tiers (pour la responsabilité civile) n’ouvrent donc droit à aucun remboursement.

Les dégâts couverts

Les dommages causés par l’humidité ou la condensation, mais aussi les frais de pompage, de nettoyage et de désinfection des locaux sont garantis. Attention, toutefois, une franchise de 380 euros pour les habitations, les voitures (motos), reste à la charge des assurés.

Les personnes dont la maison est en cours de construction n’ont pas à se tourner vers leur assureur pour être indemnisées en cas de dégâts. Seul le constructeur ou l’entrepreneur étant responsable du chantier jusqu’à la remise des clés, c’est à lui de faire jouer son assurance. «Toutefois les personnes ayant souscrit une assurance multirisques habitation à la mise hors d’eau / hors d’air, peuvent s’adresser à leur compagnie», précise la FFSA.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant