Inondations : ça va être long pour les sinistrés

le , mis à jour à 10:21
0
Inondations : ça va être long pour les sinistrés
Inondations : ça va être long pour les sinistrés

« Je suis solidaire. On revit ce que l’on a nous-mêmes vécu, la peur, les dossiers d’indemnisation... » Les crues exceptionnelles, dans le nord de la France, ravivent une plaie toujours très douloureuse sur la Côte d’Azur. Plus de huit mois après les pluies diluviennes de début octobre qui avaient fait 20 morts à Cannes, Antibes, Mandelieu et Biot, de nombreux sinistrés ne sont pas encore retournés chez eux. Alors, même si la vigilance orange liée aux risques d’orage et d’inondation a été levée jeudi matin dans les 18 départements encore concernés, ce sont de longs mois de démarches qui attendent tous ceux qui viennent de se retrouver les pieds dans l’eau.

 

A Biot, cette semaine encore, Denis Delaup a passé sa journée sur le chantier de son imposante maison de 300 m2 où se succèdent les artisans depuis janvier. Sa demeure a été ravagée, son outil de travail aussi. « Un mètre cinquante d’eau est rentré. L’une de mes filles, âgée de 10 ans, a été projetée par une vague contre la cheminée du salon », se remémore ce quinquagénaire, la voix tremblante. Les assurances lui ont versé « assez rapidement » plusieurs centaines de milliers d’euros. « Il reste encore des choses à percevoir, mais elles ont été efficaces. Seulement, on a tout perdu. Sur place étaient stockés les véhicules et le matériel de mon entreprise de nettoyage. »

 

«On vit grâce à quarante ans d’économies»

 

L’Etat lui a remboursé trois mois de taxes d’habitation et foncière mais sa situation financière est délicate, assure-t-il : « On vit grâce à quarante ans d’économies sans se verser de salaires depuis l’automne. » Sa famille et lui, qui louent une villa à Antibes depuis les inondations, espèrent regagner le domicile à la fin du mois. En souhaitant surtout parvenir à oublier cette funeste soirée où, pendant qu’ils s’étaient réfugiés à l’étage, la grand-mère de son épouse ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant