Innovation : il teste l'agriculture de haute précision

le
0
Innovation : il teste l'agriculture de haute précision
Innovation : il teste l'agriculture de haute précision

Tout, ou presque, repose sur la station météo autonome qui, à quelques mètres de la ferme, enregistre et analyse l'état du ciel et des nuages. Reliée à un ensemble d'outils d'aide à la décision, elle permet à Jean-Marie Deleau d'évaluer sur son exploitation, installée à Aizecourt-le-Haut (Somme), au cœur des Hauts-de-France, l'état sanitaire des cultures et d'être averti par exemple d'un possible développement du mildiou sur les pommes de terre ou d'une maladie du feuillage sur les blés.

 

Ingénieur agronome de formation, cet agriculteur a toujours innové sur ses terres : «J'aime mettre en place des expérimentations et essayer d'optimiser mes pratiques agricoles», dit cet agriculteur de 68 ans, qui a donc accepté de transformer 25 ha de son exploitation (340 ha au total en betteraves, blé tendre ou orge) en ferme agroécologique 3.0. Sur ses parcelles, accompagné par l'association Agro-Transfert-Ressources et Territoires créée à l'initiative du conseil régional de Picardie, de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) et des chambres d'agriculture de Picardie, il teste différentes méthodes : biostimulants, travail du sol simplifié, robots, pulvérisation bas volume, double culture.

 

Ce modèle pourrait bientôt être étendu

 

Lorsque les cultures grandissent, un drone, appartenant à la chambre d'agriculture, survole les champs afin de détecter là où il manque de l'azote.

 

Une carte de préconisation d'apport azoté est ensuite transférée à l'exploitant en moins de deux jours ; elle peut être téléchargée dans le GPS du tracteur qui commande l'épandeur à engrais et apportera «la juste dose d'azote préconisée afin de ne pas polluer la nappe phréatique», précise Matthieu Preudhomme, ingénieur conseil responsable du projet Ferme 3.0 à la chambre d'agriculture. Pour ce scientifique, c'est une chance de pouvoir tester en grandeur nature ces innovations, même s'il faut faire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant