Innovation : et maintenant des boxers anti-ondes téléphoniques !

le , mis à jour à 09:08
0
Innovation : et maintenant des boxers anti-ondes téléphoniques !
Innovation : et maintenant des boxers anti-ondes téléphoniques !

Ils ont baptisé leurs boxers le Joyeux et le Précieux. Car cette toute nouvelle ligne de sous-vêtements a pour objectif de protéger les hommes des ondes des téléphones rangés dans les poches de pantalon. Trois jeunes entrepreneurs installés à Chavanod, près d'Annecy (Haute-Savoie), viennent de mettre au point des boxers dont le tissu technique bloque le rayonnement nocif des téléphones portables.

 

Antoine Serouille, Romain Robert et Yohann Barthélémy, tous âgés de 25 ans, ont eu cette idée à la fin de leurs études. « J'étais étudiant avec Romain à l'Edhec, une école de commerce de Lille (Nord), lorsqu'on s'est dit qu'il n'existait pas de sous-vêtements qui pouvaient nous protéger des ondes des téléphones portables », explique Antoine Serouille.

 

99 % des ondes des portables repoussées

 

« Il y a quelques années, des premières études avaient fait apparaître un risque sur la fertilité masculine. La suite nous a donné raison puisqu'une étude récente du Carmel Medical Center, un laboratoire israélien spécialisé dans la reproduction, a démontré que 50 % des hommes qui gardaient leur téléphone portable dans la poche avaient une qualité de sperme très dégradée avec un taux de spermatozoïdes parfois insuffisant pour la reproduction. » Antoine, Romain et Yohann, tous trois originaires de Paris, cherchent alors une parade.

 

« En nous basant sur le principe de la cage de Faraday (NDLR : espace qui isole des champs électriques et électromagnétiques), on a mis au point avec des ingénieurs textile un tissu conducteur composé de 30 % de fils argentés qui repousse 99 % des ondes des portables. Ce qui permet de lutter efficacement contre les problèmes d'infertilité. Grâce à notre boxer, lorsqu'on met son téléphone dans une poche de pantalon, c'est comme si on l'éloignait à plus de 30 mètres », précise Romain Robert.

 

Pour commercialiser leurs caleçons, les trois jeunes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant