ING IM : Point de vue sur les marchés émergents

le
0

Sur les marchés financiers, les désastres frappent généralement de façon inattendue. Néanmoins, le cataclysme est invariablement précédé par des avertissements. Les inquiétudes provoquées plus tôt dans l'année par la perspective d'une normalisation de la politique monétaire américaine peuvent être considérées comme de tels signes avant-coureurs. Celles-ci ont surtout affecté le monde émergent : les flux de capitaux se sont rapidement taris, les devises ont plongé, tant les obligations que les actions ont subi une correction et, surtout, la foi aveugle dans les marchés émergents en tant que catégorie d'investissement a été largement ébranlée.

Après quelques mois de vents largement favorables, on a pu clairement voir où les vulnérabilités se situaient. Les pays affichant un important déficit courant, où de solides flux de capitaux à long terme ont propulsé la croissance des crédits à des niveaux extrêmes, où l'inflation est tenace et où les réformes ont été négligées pendant des années ont été les plus touchés. Ce sont ces pays qui ont été confrontés à la perte de confiance la plus marquée. Les principaux sont le Brésil, l'Inde, l'Indonésie, la Turquie, l'Afrique du Sud et la Thaïlande.

La bonne nouvelle pour ces pays est que la tempête a connu une accalmie après le mois d'août. En septembre, la Fed a décidé de reporter le démantèlement de son assouplissement quantitatif pendant un certain temps et les investisseurs ont recommencé à croire dans les marchés émergents. Depuis lors, le calme s'est plus ou moins maintenu et les marchés en difficulté ont eu l'opportunité de remédier à leur vulnérabilité. Le coup de semonce a été sans équivoque, mais à en juger d'après les mesures relativement limitées prises par les pouvoirs publics, il n'a apparemment encore été assez clair.

Il y a bien sûr des différences en ce qui concerne la façon dont les pays individuels ont réagi. L'Indonésie, le Brésil, la Turquie, et finalement l'Inde aussi, ont relevé leurs taux d'intérêt au cours de ces derniers mois afin de réduire le risque aigu de fuites des capitaux et de lutter contre l'inflation et les déficits commerciaux. Ceci était une décision évidente et elle pourrait avoir contribué à éviter des turbulences majeures sur les marchés. Malheureusement, tous les pays, à l'exception peut-être de l'Indonésie, restent extrêmement passifs en matière de réformes structurelles. Des mesures sont en effet indispensables pour améliorer le climat d'investissement et la compétitivité, ce qui permettrait de s'attaquer aux déficits et de faciliter les investissements en infrastructure.

De telles décisions sont essentielles, mais aussi politiquement très sensibles. Alors que des élections auront lieu l'année prochaine en Indonésie, au Brésil, en Turquie et en Afrique du Sud, il est virtuellement impossible de réaliser ce qui est nécessaire. Ceci a été clairement démontré. Entre-temps, les déséquilibres grandissent, de même que la vulnérabilité de ces pays. Il n'y a pas ou guère de réduction des déficits sur la balance courante en dépit de la croissance plus faible et l'inflation continue à augmenter. Dès que la Fed commencera à réduire ses injections de liquidités au début de l'année prochaine, les pressions sur le monde émergent devraient croître à nouveau. Les dommages seront finalement bien plus élevés qu'ils ne l'auraient été si les gouvernements avaient tenu compte de l'avertissement de cette année.

Maarten-Jan Bakkum
Stratégiste Senior Marchés Emergents
ING Investment Management


Avertissement légal:
Les éléments contenus dans ce document ont été préparés dans un but exclusivement informatif et ne constituent pas une offre, ni un prospectus, une invitation ou une recommandation personnalisée appelant à traiter, à acheter ou vendre un produit d'investissement quel qu'il soit ou à participer à une quelconque stratégie d'investissement. Les investissements peuvent convenir à des investisseurs privés, à la condition qu'ils aient été recommandés par un conseiller reconnu, indépendant ou salarié, agissant pour le compte de l'investisseur, sur la base d'un contrat écrit. Si une attention particulière a été portée à la rédaction du présent document, son exactitude ou son exhaustivité ne peut faire l'objet d'aucune garantie ou déclaration, implicite ou explicite. Ni ING Investment Management, ni aucune autre compagnie ou entité appartenant au groupe ING, ni ses dirigeants, directeurs ou employés ne peuvent être tenus directement ou indirectement responsables des informations et/ou des recommandations, quelles qu'elles soient, contenues dans le présent document. L'information contenue dans le présent document ne devra jamais être considérée comme un conseil d'investissement comprenant une recommandation d'investissement personnalisée ou comme un avis juridique ou fiscal. Le présent document a été préparé, comme il se doit, avec toute l'attention et tous les soins requis. La présente information ne peut donner lieu à aucun droit. Pour l'obtention de conseils plus spécifiques, veuillez-vous adresser à votre conseiller en investissement. Aucune responsabilité, directe ou indirecte, n'est assumée s'agissant d'une perte éventuelle, subie ou encourue par des lecteurs ayant utilisé cette publication pour prendre des décisions. Les investissements sont soumis à des risques. Votre investissement peut augmenter ou diminuer et les résultats obtenus dans le passé ne sont pas indicatifs des résultats futurs et ne peuvent être, en aucun cas, considérés comme tels. Tous les produits et tous les instruments financiers mentionnés dans le présent document comportent leurs propres risques et sont régis par une documentation contractuelle spécifique. Chaque investisseur doit prendre connaissance de cette documentation et plus particulièrement au sein de cette documentation de la description des risques attachés à l'investissement, avant de conclure une transaction quelconque. La présentation et les informations contenues dans ce document sont confidentielles et ne doivent pas être copiées, reproduites, distribuées ou transmises à qui que ce soit, sans l'approbation écrite préalable d'ING Investment Management France.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant